L’OMS classe la viande rouge « probablement cancérogène » et la viande transformée « cancérogène »

L’OMS classe la viande rouge « probablement cancérogène » et la viande transformée « cancérogène »

26.10.2015
  • Viande transformée (saucisse)

    L’OMS classe la viande rouge « probablement cancérogène » et la viande transformée « cancérogène »

Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de Lyon, qui fait partie de l’OMS, publie dans le « Lancet Oncology » une évaluation sur la consommation de viande rouge et de produits carnés transformés. Les conclusions tirées par un groupe de 22 experts de 10 pays différents classent la viande rouge (bœuf, veau, porc, agneau, mouton, cheval, chèvre) comme cancérogène probable (groupe 2A) et la viande transformée (viande transformée par salaison, maturation, fermentation, fumaison, etc.) comme cancérogène (groupe 1).

Les cancers concernés sont essentiellement le cancer colorectal pour la viande rouge et transformée. À un bien moindre degré, des données existent sur le cancer du pancréas et de la prostate pour la viande rouge, et d’autres plus faibles encore pour le cancer de l’estomac pour la viande transformée. Le CIRC conforte les prises de position de certaines agences sanitaires, notamment françaises, d’en limiter la consommation – mais pour prévenir d’autres maladies, notamment cardio-vasculaires.

Cancer colorectal

Pour ce travail, près de 800 études épidémiologiques ont été prises en compte, réalisées « dans plusieurs pays, de continents différents, avec des origines ethniques et des régimes alimentaires variés ». Les études de cohorte avaient la valeur la plus forte. Le CIRC indique que la classification correspond à un niveau de preuve, et non à un niveau de risque. La viande transformée n’est pas aussi dangereuse que « l’amiante ou le tabac », comme tient à rassurer l’organisme de recherche. Le classement de la viande rouge comme « probablement cancérogène » repose sur des « indications limitées », soutenues par de fortes indications mécanistiques. Le lien de causalité n’est pas prouvé.

Des recommandations à actualiser

Pour la viande transformée, il en est autrement. Les indications sont considérées « suffisantes » pour penser que « l’agent provoque le cancer chez l’homme ». Selon une analyse des données de 10 études, « chaque portion de 50 grammes de viande transformée consommée tous les jours augmente le risque de cancer colorectal de 18 % environ », détaille le CIRC.

Concernant le mode de cuisson, s’il existe des arguments pour penser que le barbecue ou la cuisson à la poêle produisent davantage de produits chimiques cancérogènes (hydrocarbures aromatiques polycycliques, amines aromatiques hétérocycliques), les données ne sont pas suffisantes pour en tirer des conclusions.

L’OMS avait déjà fait des recommandations en 2002 invitant « les consommateurs de viande transformée à modérer les quantités pour réduire le risque de cancer colorectal ». Les instances internationales s’inquiètent de la consommation de viande dans le monde, en augmentation notamment dans les pays à revenu faible et intermédiaire. Les risques liés à la consommation de viande rouge sont à mettre en balance avec les bénéfices pour la santé (apports de protéines).

En France, l’INPES relaie le message général d’une consommation de « viande, poisson, œufs » 1 à 2 fois par jour, avec une portion journalière d’environ 100 à 150 g, en soulignant l’intérêt de diversifier les apports et de se tourner vers les viandes moins grasses (volaille, lapin) et les poissons, gras y compris.

Dr Irène Drogou
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 11 Commentaires
 
Raphaël L Médecin ou Interne 27.10.2015 à 19h36

« Il y a belles lurettes que la présence de nitrites dans la conservation de la charcuterie industrielle est connue comme cancérigène (pardon, on dit cancérogène maintenant). Cette publication est u Lire la suite

Répondre
 
KLAUSS Médecin ou Interne 27.10.2015 à 19h07

« et bla et bla et bla.............! »

Répondre
 
JACQUES L Médecin ou Interne 27.10.2015 à 10h32

Balivernes que tout cela, l'OMS devrait s'occuper plus sérieusement. Je me rappelle qu'avant, le sucre a été aussi suspecté. Vivre aussi prédispose au cancer.
Cela fait sourire, il y a peu un Lire la suite

Répondre
 
Artémidore Médecin ou Interne 27.10.2015 à 10h05

La nuance opérée par l' "evidence based medecine" entre un niveau de risque lui-même estimé par des études elles-mêmes caractérisées par un niveau de preuve, tout cela à partir de métaanalyses à Lire la suite

Répondre
 
JEAN-MARIE H Pharmacien 27.10.2015 à 18h23

Mort de rire (de ce commentaire, pas d'un excès de côtes de boeuf...) !

Répondre
 
ABDELKRIM S Médecin ou Interne 26.10.2015 à 22h38

« Tu manges ou tu ne manges pas tu crèves »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Journée contre l'abus de drogue : le cannabis reste le produit illicite le plus consommé en France

cannabis

À l’occasion de la journée internationale contre l’abus et le trafic de drogues de ce lundi 26 juin, l'Observatoire français des drogues et... Commenter

Le nombre d’IVG continue de baisser, légèrement, en France

ivg

Le nombre d’interruptions volontaires de grossesse (IVG) s’élevait à 211 900 en France en 2016, en légère baisse pour la troisième année de... 2

Après « la honte de l’ECNi 2017 », le Pr Bergmann prône « une solution simple et efficace »

Pr Bergmann

« Plus jamais ça ». Quelques jours après l’énorme raté des épreuves classantes nationales informatisées (ECNi), obligeant plus de 8 000 étud... 8

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter