Troubles de l’oralité alimentaire : des facteurs de risque

Troubles de l’oralité alimentaire : des facteurs de risque

09.09.2015

Alors qu’il est reconnu que les troubles du comportement alimentaire précoces doivent être repérés et pris en charge de façon adaptée le plus tôt possible, une nouvelle dimension émerge aujourd’hui. Au cours du 22e Congrès national de pédiatrie ambulatoire, qui s’est tenu à Nancy en juin dernier, l’existence de facteurs de risque significatifs a été mise en avant, suggérant désormais la notion de prévention. Côté prise en charge, des techniques novatrices se mettent en place.

  • Troubles de l’oralité alimentaire : des facteurs de risque-1

Plus de 20 % des nourrissons ont des difficultés modérées à sévères pour s’alimenter, se traduisant soit par un refus du biberon, une alimentation sélective ou restreinte, une peur manifeste à s’alimenter, une diversification difficile, un hyper nauséeux… Le Dr Karine Garcette, gastro-entérologue pédiatrique, souligne les dangers de ces troubles : au-delà d’une cassure de la courbe de poids, ils peuvent à plus long terme être à l’origine d’un retard de développement du langage, avoir un impact orthodontique, voire sur d’autres aspects du développement de l’enfant, et notamment un retentissement psychosocial à ne pas négliger. Un bilan orthophonique est par ailleurs recommandé.
 

Repérer les facteurs de risque

Une étude observationnelle menée entre 2011 et 2014 par le Pr Jean-Pierre Olives, gastro-entérologue pédiatrique au CHU de Toulouse, met en évidence de façon très significative l’existence de facteurs prédisposants : la survenue d’un événement médical périnatal traumatisant (césarienne, hospitalisation, prématurité, pose de sonde naso-gastrique…), les changements de lait multiples non justifiés et certains comportements parentaux et socioculturels (parents trop rigides, ambiance de repas trop agitée et bruyante…). Le Pr Olives évoque désormais la notion de sujets à risque. Il incite donc les médecins à repérer ces facteurs de risque et à être alors particulièrement vigilants, en surveillant le comportement alimentaire de l’enfant et en conseillant d’emblée les parents : instaurer une ambiance calme au moment des repas, introduire précocement les aliments, laisser l’enfant s’approprier progressivement les différentes textures, y compris par le toucher, varier les goûts et les textures, répéter à différents repas la présentation de l’aliment en cas de refus (jusqu’à huit à dix fois, si nécessaire) pour en faciliter l’acceptation, mais sans jamais forcer ni punir.
 

Ne pas banaliser les troubles

En cas de signes d’alerte ou de difficultés alimentaires évidentes, il est capital de les prendre en charge rapidement, afin d’éviter qu’ils ne se pérennisent, et d’en suivre l’évolution.
« Ce que mes yeux, mon nez et mes mains n’ont pas apprivoisé, ma bouche n’y touchera pas ! » Véronique Leblanc, psychologue clinicienne (hôpital Robert-Debré, Paris), souligne l’intérêt d’une approche ludique que certaines équipes hospitalières multidisciplinaires mettent en place pour corriger ces problèmes d’oralité. Dans ces centres, la prise en charge repose sur un parcours sensoriel complet : l’enfant participe à de nombreuses activités qui sollicitent successivement tous ses sens, en premier lieu la vue, l’olfaction et le toucher, puis secondairement le goût. Il retrouve ainsi progressivement le plaisir de manger, condition indispensable pour maîtriser et faire disparaître ses troubles.
Un maître mot vis-à-vis de l’enfant : la patience, essentielle pour vaincre progressivement ses craintes ou ses réticences ! V. Leblanc rappelle l’importance de rassurer et déculpabiliser les parents, souvent très inquiets, et de les impliquer positivement auprès de leur enfant afin de créer un climat de confiance entre eux et éviter ainsi un rapport de force !
 
 
Dr Carole Morneau
 Symposium Blédina – 22e Congrès national de pédiatrie ambulatoire – 19 juin 2015.
La vidéo est disponible sur le site : www.jirp.info/bledina/sympoafpa

 code flash 22e symposium Blédina

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, chef du service de réanimation à la polyclinique de Gentilly (Nancy) et médecin humanitaire, a été promu au rang... 17

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

Comment les territoires innovent sous la pressionDes villes moyennes font reculer les déserts

Abonné

Frappées de plein fouet par le manque de médecins, notamment généralistes, de nombreuses municipalités  sortent des sentiers battus pour... 2

l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter