Pr Michel Ovize : « Il va falloir changer notre façon de penser le traitement de l’infarctus »

Pr Michel Ovize : « Il va falloir changer notre façon de penser le traitement de l’infarctus »

03.09.2015
  • Pr Michel Ovize.

    Pr Michel Ovize : « Il va falloir changer notre façon de penser le traitement de l’infarctus »

Rencontré lors du Congrès de la Société européenne de cardiologie (ESC), le Pr Michel Ovize de l’hôpital Louis-Pradel (Hospices civils de Lyon) revient avec nous sur l’échec de l’essai CIRCUS (does Cyclosporine ImpRove Clinical oUtcome in ST elevation myocardial infarction) : l’administration de cyclosporine en amont de l’angioplastie ne réduit pas les dommages liés à la reperfusion après un infarctus du myocarde.

LE QUOTIDIEN : Sur quoi se basait-on pour penser que la cyclosporine pouvait prévenir spécifiquement les lésions causées par la revascularisation après un infarctus ?

Pr OVIZE : La cyclosporine est connue pour son action antirejet, mais elle est aussi capable de bloquer l’ouverture d’un canal calcique sur les parois des mitochondries. Ce canal ne s’ouvre pas en temps normal, ni pendant la période d’ischémie, mais seulement lors de la reperfusion, car c’est à ce moment-là que l’on a des phénomènes d’accumulation brutale de calcium et de radicaux libres qui favorisent l’ouverture de ce canal. Des tests sur l’animal étaient positifs. En 2008, nous avons publié les premiers résultats positifs chez l’homme avec Christophe Piot (hôpital Arnaud-de-Villeneuve, Montpellier). Sur 60 patients, nous avions une réduction de 20 % de créatine kinase au bout de 72 heures. Dans l’étude CIRCUS, nous avons mesuré des critères cliniques chez près de 800 patients à haut risque ayant un infarctus antérieur. Nos critères étaient plus sévères : décès, remodelage ventriculaire gauche et insuffisance cardiaque à un an.

Les résultats sont négatifs y compris pour les marqueurs utilisés dans la précédente étude. Quelles sont les explications possibles ?

Il s’agit peut-être d’une erreur type 1, c’est-à-dire qu’on a eu de la chance sur le premier essai et que l’on ait rétabli la vérité avec plus de patients. Un autre élément peut aussi être discuté : nous n’avons pas utilisé les mêmes préparations de cyclosporine. À la place de la cyclosporine produite par Novartis véhiculée par du Crémophor, nous avons utilisé un bioéquivalent conçu spécifiquement pour l’étude par NeuroVive.

À en croire les résultats plutôt négatifs des différentes études (CIRCUS, ALBATROSS et PROMPT) présentées cette année au congrès de l’ESC, il semble de plus en plus difficile de progresser dans la prévention des dommages de l’infarctus ?

Dans l’infarctus, il faut faire la part des choses entre les dommages liés à l’ischémie et ceux provoqués par la reperfusion. On sait éviter les lésions liées à l’ischémie grâce aux techniques de reperfusion et à l’amélioration de la stabilité de la plaque, mais aujourd’hui on arrive à un plateau où les progrès se payent cher. En ce qui concerne les conséquences de la revascularisation, nous n’avons pour l’instant aucune réponse. On connaît les mécanismes, mais on n’arrive plus à progresser. Est-ce que c’est parce que l’on n’a pas la bonne molécule ? La bonne stratégie ?

Les résultats de CIRCUS nous poussent à remettre en cause notre façon de penser. Une molécule seule ne va sans doute pas révolutionner la prise en charge. Peut-être faudrait-il combiner les approches de conditionnement et de post-conditionnement ischémiques et les approches pharmacologiques. Il faudra jouer sur plusieurs cibles.

Votre étude concerne une ancienne molécule, ALBATROSS (présentée par le Pr Gilles Montalescot) testait un générique d’antagoniste de l’aldostérone. Est-ce que l’infarctus intéresse l’industrie pharmaceutique ?

C’est un domaine qui a la mauvaise réputation d’être un « cimetière de molécules ». Les industries commencent cependant à s’y intéresser car, derrière la problématique de la reperfusion, on retrouve de nombreuses thématiques comme l’AVC ou la chirurgie digestive.

Damien Coulomb
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
internes

48 heures par semaine maximum ? 50 % des internes de médecine générale dépassent le temps de travail réglementaire

Surcharge de travail, pression des médecins seniors : un interne en médecine générale sur deux (en première, deuxième ou troisième année), dépasse le temps de travail hebdomadaire réglementaire, révèle une enquête* d'envergure de... 12

Le nombre de cas de rougeole a bondi de 50 % en 2018, selon l'OMS

rougeole

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) alerte sur un bond d'environ 50 % des cas signalés de rougeole en 2018 par rapport à 2017. À la... 8

Dépistage organisé du cancer du sein : de bonnes performances malgré une légère baisse de la participation

depistage cancer sein

Malgré un taux de participation en légère baisse, les indicateurs de performance du dépistage organisé du cancer du sein « attestent de la... 4

Téléconsultation : des syndicats et l'Ordre s'inquiètent de « dérives commerciales »

teleconsult

Cinq mois jour pour jour après la généralisation de la téléconsultation, MG France s'alarme ce vendredi de « dérives commerciales » non... 4

Après un ressenti négatif en consultation, 60 % des patients ont déjà cherché un nouveau médecin

experience negative

Près d'un patient sur deux estime que leur médecin n'est pas assez attentif en consultation, selon une étude en ligne* réalisée auprès d'un... 10

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter