Séisme au Népal : des experts mettent en garde contre un risque d’hépatite E

Séisme au Népal : des experts mettent en garde contre un risque d’hépatite E

19.06.2015
  • Séisme au Népal : des experts mettent en garde contre un risque d’hépatite E - 1

Près de 9 000 morts, des centaines de milliers de déplacés, des infrastructures détruites, un mont Everest qui a bougé de 3 cm vers le sud-ouest, selon l’institut de géologie chinois... les conséquences du séisme de magnitude 7,5 qui a dévasté le Népal le 25 avril dernier perdurent.

Dans une lettre publiée cette semaine en ligne dans la revue « The Lancet », des spécialistes dont Peter Piot, le directeur de la London School of Hygiene and Tropical Medicine, mettent en garde contre le risque épidémique d’hépatite E. Le Népal a déjà connu d’importantes épidémies d’infections à VHE, la dernière en 2014 ayant touché plus de 10 000 personnes.

Deux mois après le séisme, des milliers de Népalais vivent encore dans des abris précaires avec un accès limité à l’eau potable, un manque de toilettes autant de facteurs de risque cumulés qui avec l’arrivée de la saison des pluies (juillet à septembre), une circulation active du virus et une population peu immunisée (70 % n’ont pas d’anticorps anti-VHE selon une récente étude non publiée).

Taux de mortalité de 25 % chez les femmes enceintes

Si la plupart des infections par le VHE sont bénignes, les experts rappellent que le taux de mortalité peut être de 25 % parmi les femmes enceintes. L’épidémie pourrait être à l’origine de 500 morts dans cette population.

Les chercheurs estiment qu’une vaccination anti hépatite E pourrait sauver 400 futures mères. Un tel vaccin existe – sous licence chinoise – mais n’a pas été retenu sur la liste de préqualification de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les experts recommandent qu’une surveillance active de l’hépatite E soit déployée au Népal afin d’identifier rapidement les cas d’hépatite E. Ils suggèrent que le gouvernement népalais commande le vaccin (vaccin recombinant HEV 239) et constituent un stock ad hoc. Enfin, les autorités népalaises devront mettre en place une stratégie et de recommandations pour l’utilisation du vaccin chez les populations à risque.

Dr Lydia Archimède
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, chef du service de réanimation à la polyclinique de Gentilly (Nancy) et médecin humanitaire, a été promu au rang... 10

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

La consommation d’antibiotiques en France reste à la hausse en ville

ANTIBIOTIQUES

La tendance à la hausse de la consommation d’antibiotiques en ville se poursuit depuis 2010, après une période de baisse (2000-2005) puis... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter