Retour de la diphtérie en Espagne : le débat sur l’obligation vaccinale et l’influence des antivaccins relancé

Retour de la diphtérie en Espagne : le débat sur l’obligation vaccinale et l’influence des antivaccins relancé

12.06.2015

« Refuser la vaccination d’un enfant est une attitude irresponsable », a déclaré le ministre espagnol de la Santé, Alfonso Alonso, au lendemain de l’apparition, le 2 juin, du premier cas de diphtérie dans le pays depuis presque 30 ans.

L’enfant malade, âgé de 6 ans, est actuellement traité à l’unité de soins intensifs de l’hôpital Vall d’Hebron de Barcelone et son état reste « stable mais grave ». Il est traité au moyen d’un serum (sérothérapie spécifique) envoyé en urgence par les autorités russes, les demandes adressées à l’OMS, aux États-Unis et à l’UE étant restées sans effets. « L’Union européenne devrait disposer de réserves » pour ces cas d’urgence, a estimé Alfonso Alonso.

Les mesures de précaution et de suivi de l’entourage de l’enfant ont été prises par les autorités catalanes, puisque la politique de Santé est une compétence des différentes régions en Espagne, et 9 personnes toutes vaccinées (dont 8 enfants) ont jusqu’à présent été identifiées comme porteuses de la bactérie sans avoir développé la maladie et reçoivent un traitement de benzathine benzylpéniciline.

Un diagnostic tardif

Pour la Société catalane de pédiatrie (SCP), « la principale difficulté pour les professionnels réside dans le diagnostic ». En effet comme la très grande majorité des médecins exerçant aujourd’hui en Espagne n’a pas connu de cas de diphtérie, les confusions diagnostiques sont faciles, notamment avec d’autres formes d’angine. De fait la maladie, dans le cas de l’enfant en Catalogne n’a été identifiée que 5 jours après l’apparition des premiers symptômes et par hasard, pour ainsi dire : un pédiatre d’origine allemande, le Dr Stephan Schneider qui exerce à l’hôpital d’Olot (ville de 33 000 habitants, à une centaine de kilomètres au nord de Barcelone et lieu de résidence de l’enfant), dont le grand-père et d’autres membres de sa famille directe avaient été victimes de la maladie, gardait cette possibilité à l’esprit. Consulté par un de ses collègues des urgences qui s’occupaient de l’enfant, c’est lui qui a lancé l’alerte.

Débat sur l’obligation vaccinale

La vaccination contre la diphtérie fait partie de des « recommandés » en Espagne et pris en charge par la Sécurité sociale, mais l’âge où ils sont administrés aux enfants peut varier d’une communauté autonome à l’autre. Les taux de couverture varient en fonction des régions et de l’âge.

Face à ce cas de diphtérie, de nombreuses voix se sont élevées pour réclamer que la vaccination devienne obligatoire. Mais les professionnels, relayés par les gouvernements régionaux et par le ministre de la Santé à Madrid, restent prudents. Pour Antoni Trilla, chef du Service de médecine préventive et épidémiologique de l’hôpital Clinico de Barcelone, « une telle mesure pourrait être contreproductive ». Ce qu’il faut faire, selon lui, c’est convaincre ; et pour cela, les professionnels de la Santé ont besoin d’expliquer qu’il « y a beaucoup moins de risques à s’exposer aux possibles effets secondaires d’un vaccin qu’aux conséquences d’une maladie aussi terrible que la diphtérie ». De même, Jon Darpon, responsable de la Santé au sein du gouvernement basque, s’est prononcé le 10 juin pour maintenir le système actuel de recommandation, en s’appuyant sur un taux de vaccination des jeunes enfants de 96 % dans cette région.

Antivaccins

En revanche, les critiques pleuvent sur les principales organisations qui jettent un doute sur l’efficacité des vaccins, principalement sur la Ligue pour la liberté de vaccination, créée il y a 27 ans et dont le siège est justement à Barcelone. Son président, le Dr Xavier Uriarte, notamment accusé de la baisse de 3 points du taux d’immunisation depuis 2011, se défend en invoquant « l’indispensable liberté » des parents. Ceux du petit barcelonais avaient choisi de ne pas le vacciner même s’ils affirment aujourd’hui se sentir « trompés » n’ayant pas été informés des risques.

La présidente de l’Association espagnole de pédiatrie (AEPAP), Begoña Dominguez, a cependant souligné : « Les problèmes de couverture vaccinale en Espagne répondent plus à des motifs d’exclusion sociale qu’à des raisons idéologiques. Nous ne pouvons pas affirmer qu’ici les lobbies anti-vaccins soient importants. »

Christophe Deschamps
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 7 Commentaires
 
JEAN-PIERRE L Médecin ou Interne 20.06.2015 à 08h41

« Enfin des sons de cloche responsables contrairement à la majorité des commentaires que j'ai lus à la suite des ratiocination du Dr Joyeux; mourir de rougeole est ce liberticide ? Faut il vraiment la Lire la suite

Répondre
 
charlotte r Médecin ou Interne 14.06.2015 à 15h48

« Hahahahaha...j'aime beaucoup le: "ils se sentent trompés, n'ayant pas été informés des risques". 2 hypothèses: soit ils sont d'une parfaite mauvaise foi...ou d'une stupidité sans nom...! »

Répondre
 
avatar Médecin ou Interne 12.06.2015 à 22h19

Diphtérie Tétanos Polio Coqueluche Rougeole Oreillons Rubéole virusHb Haemophilus Pneumo ... tuent ou déglinguent très très bien. Si on veut protéger la population, on DOIT vacciner. Les effets Lire la suite

Répondre
 
Christian L Autre Professionnel Santé 12.06.2015 à 21h25

« Ne concluons pas trop vite.
Quel est l'origine de l'enfant? Est-il un immigré? Quel est le statu socio-économique de ses parents ? »

Répondre
 
JEAN-MARIE H Pharmacien 12.06.2015 à 20h19

« Utiliser comme argument la "liberté de choix" me paraît un peu abusif car la population générale (y compris les personnes vaccinées) ne résistera à la maladi que s'il y a une protection collective s Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Plus de 120 médecins libéraux et hospitaliers dans la course aux législatives !

legislatives

Au moins 120 médecins de toutes spécialités se présentent aux élections législatives, qui auront lieu les dimanches 11 et 18 juin. La carte... Commenter

Précarité, accès aux soins, prévention, les premiers pas de la ministre Buzyn en visite à ATD Quart Monde

Buzyn ADT Quart Monde

En choisissant le centre de promotion familiale ATD Quart Monde de Noisy-le-Grand pour son premier déplacement, ce 24 mai, Agnès Buzyn a... 3

Législatives 2017 : la carte des médecins candidats

Législatives 2017 : la carte des médecins candidats-0

Les élections législatives se dérouleront les dimanches 11 et 18 juin. La date limite de dépôt des candidatures (dans les 577... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter