Des chercheurs mettent le doigt sur les mécanismes génétiques à l’origine de la schizophrénie

Des chercheurs mettent le doigt sur les mécanismes génétiques à l’origine de la schizophrénie

05.06.2015
  • Des chercheurs mettent le doigt sur les mécanismes génétiques à l’origine de la schizophrénie-1

Des équipes de recherche annoncent régulièrement avoir identifié un ou plusieurs gènes associés à la schizophrénie, mais parvenir à établir un réel lien de cause à effet est une autre paire de manches.

C’est pourtant ce que vient de réaliser l’équipe de Michael O’Donovan, de l’université de Cardiff, dans un article publié dans la revue « Neuron ».

Plusieurs mutations rares sont statistiquement liées au développement de la schizophrénie et notamment des mutations de type CNV. Les CNV sont des mutations qui consistent en une augmentation du nombre de copies d’un ou plusieurs gènes.

En 2014, 108 locus affectés par ces mutations avaient été identifiés par l’équipe de O’Donovan, au cours d’une analyse de très grande ampleur qui avait alors mis en évidence la piste immunitaire et la piste glutamatergique comme étant des explications possible de la pathologie.

Une analyse de plus de 16 000 patients

En 2012 et 2014, ces mêmes chercheurs ont pointé du doigt le rôle que pouvaient jouer les récepteurs NMDA au glutamate, impliqués dans la voie de signalisation Gabaergique, ou pour des protéines ARC régulant le cytosquelette des neurones.

Il fallait néanmoins savoir si des mutations touchaient les gènes codant pour ces deux protéines étaient présentes chez un grand nombre de malades. C’est désormais chose faite grâce à cette nouvelle série de travaux publiés dans « Neuron ».

Les auteurs ont ratissé le plus large possible, et ont analysé le génome de 11 355 patients avec de 16 416 contrôles non atteints, séquencé dans le cadre de trois larges études internationales. Ils ont recherché, au sein des CNV associés à la maladie, la présence de 134 gènes connus pour être impliqués dans divers aspects du fonctionnement du système nerveux. Parmi ces nombreux candidats, les mutations des récepteurs NMDA au glutamate étaient le plus souvent associées au diagnostic de la schizophrénie. Ce n’était pas le cas des protéines ARC, mais une nouvelle analyse a montré qu’on retrouvait fréquemment des délétions dans les gènes codant pour les protéines ARC.

Une famille de cibles thérapeutiques

« Le lien entre les dysfonctionnements du système glutamatergique et la pathophysiologie de la schizophrénie ne fait plus aucun doute », estiment les auteurs dans leur discussion. Ils soulignent : « les modèles théoriques qui font reposer l’explication de la schizophrénie sur les dysfonctionnements des récepteurs NMDA sont maintenant assez anciens, mais les nouvelles données génétiques suggèrent désormais que la contribution glutamatergique à la schizophrène embrasse une large variété de processus cellulaires qui convergent pour affecter la transmission synaptique des neurones gabaergiques et leur plasticité. »

En plus de prouver définitivement une cause génétique de la schizophrénie, les travaux de l’équipe de Michael O’Donovan permettent de dessiner les contours des mécanismes de la pathologie, identifiant du même coup toute une famille de cibles thérapeutiques.

Damien Coulomb
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 4 Commentaires
 
Nizier Médecin ou Interne 13.06.2015 à 09h40

Et dire qu'il n'y a pas si longtemps des psychiatres impuissants à une prise en charge thérapeutique de leurs patients schizophrènes conseillaient aux parents de ceux-ci une cure psychanalytique..! Lire la suite

Répondre
 
JEAN HUGUES G Médecin ou Interne 17.06.2015 à 09h56

« Y a-t-il un rapport entre dysfonctionnement du système glutamatergique et l'hypothèse du dysfonctionnement neurodéveloppemental du foetus ? Il n'y a pas de commentaire sur les localisations cérébral Lire la suite

Répondre
 
jacques b Médecin ou Interne 05.06.2015 à 20h09

« Ce ne sont pas les "mauvaises mères" qui sont responsables, alors ???????
Tiens tiens...!
Quant à la critique précédente des Glutamates, il faut remarquer que la théorie est ici évoquée comme hypo Lire la suite

Répondre
 
Artémidore Médecin ou Interne 05.06.2015 à 17h55

« Les antiglutamates peinent manifestement à trouver un marché. Gageons que cette étude galloise, si elle ne souffre d'aucun biais écologique, - comme on dit - leur ouvrira des portes, nonobstant l'a Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 9

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 8

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter