Le dictionnaire se met au vert, l’électrosensibilité fait une entrée remarquée

Le dictionnaire se met au vert, l’électrosensibilité fait une entrée remarquée

20.05.2015

Comme chaque année, le Petit Robert et le Larousse à paraître ce jour pour le premier (le 28 mai pour le second) s’enrichissent de nouvelles définitions. Pas moins de 150 mots font leur entrée dans chacun des deux dictionnaires. Des termes comme « selfie » (autoportrait photographique, généralement pris avec un téléphone portable et destiné à être publié sur les réseaux sociaux) et « tuto » (une vidéo ou un guide illustré sur une pratique donnée comme la cuisine ou la décoration) pour le Larousse ou « big data » (ensemble des données générées par les nouvelles technologies) ou « bitcoin » (unité monétaire utilisée sur Internet) pour le Petit Robert, consacrent de nouveaux usages de notre modernité. Parmi les autres tendances fortes, l’écologie et l’environnement ne sont pas en reste.

Le registre de la contestation

Le Petit Robert a plutôt choisi le registre contestataire en consacrant le « zadiste » qui s’est fait connaître en empêchant la construction d’un aéroport ou d’un barrage mais aussi la ZAD acronyme de « zone à défendre ». Il accueille également les « décroissants », les « climatosceptiques » mais aussi les « déchétariens » (ceux qui se nourrissent d’aliments de rebut).

Du côté du Larousse, le substantif « responsable » s’enrichit d’une nouvelle acception et s’emploie désormais pour désigner celui qui « respecte les valeurs de développement durable ». Dans la même veine, peut aussi être classée l’arrivée des termes « anthropocène » (période géologique marquée par l’impact environnemental des activités humaines), « durabilité » et « électrosensibilité » (ensemble des troubles physiques dus, selon la description des personnes atteintes, à une sensibilité excessive aux ondes et aux champs électromagnétiques ambiants).

Manque de données

L’association Électrosensibles de France/Priartem y voit un « symbole extrêmement fort » : « Après son entrée en janvier dernier dans la loi Abeille sur la sobriété en matière d’ondes, le terme électrosensibilité est maintenant validé par une référence de la langue française. Cette définition, simple, consacre la réalité somatique des troubles tout en évitant habilement l’ornière de la controverse sur leur origine », a souligné sa porte-parole Sophie Pelletier. L’association regrette le manque de données sur l’électrosensibilité en France qui reste sujet à controverse. Le 13 mai dernier, 190 scientifiques de 39 pays ont appelé l’ONU et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à inviter les États membres à adopter des directives plus protectrices quant à l’exposition aux champs électromagnétiques.

Dr Lydia Archimède
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Journée contre l'abus de drogue : le cannabis reste le produit illicite le plus consommé en France

cannabis

À l’occasion de la journée internationale contre l’abus et le trafic de drogues de ce lundi 26 juin, l'Observatoire français des drogues et... Commenter

Le nombre d’IVG continue de baisser, légèrement, en France

ivg

Le nombre d’interruptions volontaires de grossesse (IVG) s’élevait à 211 900 en France en 2016, en légère baisse pour la troisième année de... Commenter

Après « la honte de l’ECNi 2017 », le Pr Bergmann prône « une solution simple et efficace »

Pr Bergmann

« Plus jamais ça ». Quelques jours après l’énorme raté des épreuves classantes nationales informatisées (ECNi), obligeant plus de 8 000 étud... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter