27 % des Français déclarent renoncer à des soins chez le spécialiste

27 % des Français déclarent renoncer à des soins chez le spécialiste

14.04.2015

Les Français saluent l’excellence du système de santé mais dénoncent son coût et des difficultés d’accessibilité, révèle une étude réalisée par l’Ifop pour Deloitte, auprès d’un échantillon de 2 000 personnes représentatif de la population française*.

Les Français sont satisfaits à 85 % de la qualité et de la sécurité des soins. Mais ils sont environ un tiers à se plaindre de l’accessibilité géographique et financière. Ils ont le sentiment que le nombre de spécialistes diminue (pour 56 %), comme celui des généralistes (54 %) ou des établissements de santé (42 %), un sentiment accru dans les communes rurales (70 %). Ils sont 62 % à estimer que la libre installation des médecins est une mauvaise chose et autant à s’opposer au regroupement d’hôpitaux au niveau territorial.

Pour davantage d’accessibilité financière

Du côté du porte-monnaie, 86 % des Français craignent que la part des dépenses de santé à leur charge augmente (au cours des prochaines années).

Dès aujourd’hui, ils déclarent subir une situation de renoncement aux soins, notamment dentaires (34 %) ou spécialisés (27 %). Ils sont 21 % à déclarer avoir reporté ou renoncé à une consultation chez un kiné, 14 %, une consultation d’un généraliste, et 13 %, une intervention chirurgicale.

Lutter contre les barrières financières est une priorité pour 90 % des Français, qui restent très attachés à l’universalité des prestations : 63 % sont opposées aux modulations des remboursement de l’assurance-maladie. En revanche, ils sont prêts (à 70 %) à ce que les personnes aux comportements dangereux (consommation excessive de tabac ou d’alcool, sports à risques) participent davantage aux dépenses de santé dont ils sont responsables.

Le coût des complémentaires est jugé un peu trop cher pour plus de moitié des Français, voire excessif (12 %), alors que le niveau de remboursement sur les soins dentaires, l’optique, et l’orthodontie est source de mécontentement.

Les Français sont majoritairement au fait (50 % à 70 %) de la généralisation de la complémentaire santé à l ’ensemble des salariés d’ici à 2016. Un sur deux pourrait avoir recours à une « sur-complémentaire » financée par ses soins (en moyenne à hauteur de 22 euros par mois) pour augmenter le niveau de remboursement et bénéficier de nouveaux services.

Prévention plébiscitée

Parmi les priorités des Français apparaît la prévention, citée par 88 % des sondés, juste derrière le parcours de santé, et devant la démocratie sanitaire. Plus d’un tiers déplorent une méconnaissance des professionnels ou structures auprès de qui s’adresser (pour des actions de prévention), et des moyens financiers insuffisants. Plus d’un tiers déclare avoir engagé des actions de prévention (en adoptant une alimentation plus saine, un exercice physique régulier, en suivant son poids) et parmi eux, 62 % constatent une amélioration de leur santé. Les personnes déjà sexagénaires ou atteintes de maladie chronique sont les plus assidues.

Ambivalence à l’égard de l’e-santé

Enfin, les Français sont en plein paradoxe à l’égard de la e-santé. Elle est perçue comme un moyen efficace pour améliorer la coordination des professionnels, le suivi de ses indicateurs biologiques, la qualité de la prise en charge médicale, ou encore pour limiter les coûts liés au transport sanitaire et lutter contre les déserts médicaux.

Mais presque la moitié (47 %) des Français n’utilise jamais la e-santé ni n’échange d’informations avec le médecin par sms ou email. 48 % des moins de 24 ans craignent le non-respect de la confidentialité de leurs données personnelles. Plus de la moitié des Français déplorent toutefois un retard dans les domaines de la télémédecine, ou des applications sant. Plus de 80 % se disent favorable à la transmission électronique des résultats d’examens médicaux entre professionnels, au renouvellement d’ordonnance à distance, ou à la réception des données médicales sous forme électronique.

*Par questionnaire auto-administré en ligne du 20 au 26 mars 2015.
Coline Garré
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
chir bariatrique

La qualité de la vie sexuelle durablement améliorée par la chirurgie bariatrique

C'est une conséquence de la chirurgie de l'obésité à laquelle on ne pense pas toujours, et pourtant, la qualité de la vie sexuelle semble durablement améliorée après une chirurgie bariatrique, selon les données d'une cohorte... Commenter

Grippe : le pic est probablement atteint, selon Santé publique France

GRIPPE

Dans son bulletin hebdomadaire de la semaine du 11 au 17 février (semaine 7), Santé publique France (SpF) estime que « le pic de la grippe... Commenter

Vaccination antigrippale : les pharmaciens à l'offensive pour alléger les contraintes et élargir la cible

Vaccin grippe pharmacie

Après deux ans d'expérimentation, la généralisation de la vaccination antigrippale à l'officine a été actée par la loi de financement de la... 1

Jour de carence, télétravail, fiches repères… des pistes fortes pour réguler les arrêts maladie sans taper sur les prescripteurs

arret travail

Missionnés en septembre par Matignon, le Pr Stéphane Oustric (médecin généraliste, Université de Toulouse), Jean-Luc Bérard (DRH du groupe... Commenter

Cancer du rein métastatique : les combinaisons d'immunothérapie jouent des coudes pour la 1ère ligne

Tout va très vite. À peine, l'association de deux immunothérapies, le nivolumab et l'ipilimumab, est devenue il y a 1 mois le nouveau... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter