Tensions d’approvisionnement des vaccins contre la coqueluche, la stratégie doit être adaptée

Tensions d’approvisionnement des vaccins contre la coqueluche, la stratégie doit être adaptée

10.03.2015
  • 1426007991593411_IMG_149603_HR.jpg

    Tensions d’approvisionnement des vaccins contre la coqueluche, la stratégie doit être adaptée

L’Agence nationale de sécurité du médicament alerte sur des difficultés durables d’approvisionnement des vaccins tétravalents et pentavalents contenant la valence coqueluche. Pour éviter tout risque de ruptures de stock, et suivant les recommandations du haut conseil de la santé publique (HCSP), la direction générale de la santé (DGS) a décidé de modifier transitoirement la stratégie vaccinale.

Quatre vaccins de ces types font en effet l’objet de tensions d’approvisionnement depuis plusieurs mois : deux vaccins diphtériques, tétaniques, coquelucheux acellulaires, poliomyélitiques inactivés (l’Infantrixtetra de GSK et le Tetravac-acellulaire de Sanofi Pasteur), ainsi que deux vaccins diphtériques, tétaniques, coquelucheux, poliomyélitiques (l’Infanrixquinta de GSK et le Pentavac de Sanofi Pasteur).

Recours au vaccin hexavalent

La vaccination du nourrisson prévue par le calendrier vaccinal est maintenue mais devra s’appuyer sur le vaccin hexavalent (Infanrix hexa, GSK). Le rappel prévu à l’âge de 6 ans doit temporairement s’effectuer avec les vaccins tétravalents à dose réduite d’anatoxine diphtérique et d’antigènes coquelucheux (Boostrixtetra, GSK, et Repevax, Sanofi Pasteur). Pour ces enfants, le rappel à l’âge de 11/13 ans s’effectuera par contre avec un vaccin tétravalent.

La stratégie du cocooning est, pour sa part, maintenue sans modification chez l’adulte s’occupant d’enfant trop jeunes pour être vaccinés. À partir de trois ans, le vaccin préconisé est le vaccin tétravalent à dose réduite Repevax ou le Boostrixtetra à partir de quatre ans.

L’utilisation du vaccin hexavalent doit être privilégiée pour préserver le stock de vaccins pentavalents pour des situations particulières, comme les nouveau-nés de mères porteuses de l’Ag HBs ou ceux nés en Guyane et Mayotte. Pour les nouveau-nés de mères porteuses de l’Ag HBs, le rappel de l’hépatite B à l’âge de 6 mois peut être différé à 11 mois, en utilisant le vaccin hexavalent Infanrix Hexa.

Les stocks restant de vaccins pentavalents ne seront disponibles que dans les centres de vaccination et dans les centres de protection maternelle et infantile (PMI).

Damien Coulomb
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 9

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 7

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter