La CROI 2015, un excellent cru pour l’ANRS

La CROI 2015, un excellent cru pour l’ANRS

03.03.2015
  • 1425390082591096_IMG_148919_HR.jpg

« Cela faisait longtemps que la maison France en général, et l’ANRS en particulier, n’avait pas été aussi bien représentée à la CROI », se réjouit le Pr Jean-François Delfraissy, directeur de l’ANRS, de retour de Seattle où s’est déroulée la conférence sur les rétrovirus et les infections opportunistes, la semaine dernière. « Les collègues américains se posaient même la question de savoir comment nous pouvions bien nous débrouiller aussi bien avec les budgets qui sont les nôtres », poursuit-il.

Au cours d’une conférence de presse donnée Le Pr Delfraissy est revenu sur les principales communications de la CROI, en compagnie du Pr Jean-Michel Molina (hôpital Saint-Louis), du Pr Christine Rouzioux (hôpital Necker) et du Pr Yazdan Yazdanpanah (hôpital Bichat-Claude-Bernard). Ils ont ainsi évoqué les résultats de l’étude IPERGAY sur la prévention du sida par la prophylaxie pré-exposition et sur les nouvelles données de la cohorte Visconti sur les contrôleurs post-traitement, les spécialistes ont également fait le bilan des essais sur les nouveaux antirétroviraux. Si ces derniers furent peu nombreux lors de cette CROI 2015, quelques succès notables ont été relevés.

Une nouvelle formulation du ténofovir

Les chercheurs de la faculté de médecine de Harvard ont présenté les bons résultats d’une étude de phase 3 d’un traitement contenant 10 mg de ténofovir alafénamide (TAF), en association avec 150 mg d’elvitégravir, 150 mg de cobicistat et 200 mg d’emtricitabine en un comprimé unique par jour pour le traitement de l’infection à VIH-1 chez 1 733 patients naïfs de tout traitement. Mis au point par Gilead, le TAF est une nouvelle formulation du ténofovir, que l’on trouve sous la forme de fumarate de ténofovir disoproxil dans le Truvada. Alors qu’il sera possible de produire des versions génériques du fumarate de ténofovir disoproxil dès 2016, Gilead compte sur le TAF pour prendre le relais, car il provoque moins d’effets secondaires tout en étant aussi efficace que les formulations plus anciennes.

Le traitement à base de TAF s’est révélé non inférieur au Stribild (contenant 150 mg d’elvitégravir, 150 g de cobicistat, 200 mg d’emtricitabine et 300 mg de ténofovir disoproxil). Dans le groupe sous Stribild, 90,4 % des patients ont une charge virale inférieure à 50 copies/mL au bout de 48 semaines de traitement, contre 92,4 % dans le groupe bénéficiant d’une association de TAF et d’autres antirétroviraux. La différence d’efficacité entre les deux groupes n’est pas statistiquement significative. Les auteurs précisent que le traitement expérimental reste non inférieur au Stribild, quels que soient le sexe, l’âge, ou le groupe ethnique des patients.

« Le principal intérêt du TAF est qu’il délivre du ténofovir directement dans les cellules infectées. Au lieu de donner 300 mg de ténofovir disoproxil, on parvient à une efficacité équivalente avec dix fois moins de ténofovir alafénamide, commente le Pr Jean-Michel Molina, chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Saint-Louis, il présente donc une meilleure tolérance sur le plan rénal et osseux. »

Damien Coulomb
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
04.03.2015 à 12h31

« C'est quoi tous ses acronymes ! (croi, anrs, taf) Vous ne pouvez pas parler en clair pour que l'on puisse y comprendre quelque chose , ou bien est-ce réservé aux initiés ? »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... Commenter

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... Commenter

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter