L’OMS lance un appel à renforcer la vaccination pour éradiquer la rougeole en Europe

L’OMS lance un appel à renforcer la vaccination pour éradiquer la rougeole en Europe

26.02.2015
  • 1424962370589874_IMG_148560_HR.jpg

    L’OMS lance un appel à renforcer la vaccination pour éradiquer la rougeole en Europe

Avec plus de 22 000 cas de rougeole recensés entre 2014 et 2015, la prévalence de la maladie a diminué de moitié en un an, dans l’ensemble des États membres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) regroupés dans son bureau régional de l’Europe. « Des épidémies importantes continuent d’avoir lieu », estime toutefois le bureau régional de l’OMS, qui appelle au renforcement des campagnes de vaccination afin d’éradiquer la maladie de cette région.

Une diminution de 96 % en 20 ans

Sept pays seulement concentrent les 22 000 cas de rougeole : le Kyrgyzstan, la Bosnie-Herzégovine, la Fédération de Russie, la Géorgie, l’Italie, l’Allemagne et le Kazakhstan. Les virus les plus fréquemment retrouvés lors des épisodes épidémiques étaient ceux appartenant au génotype D8.

En 20 ans, le nombre de cas de rougeole a diminué de 96 % dans la région Europe, rendant envisageable l’objectif d’élimination du virus d’ici à la fin de l’année 2015. « Nous devons sans attendre refermer les failles de l’immunité collective, précise le Dr Zsuzsanna Jakab, directeur régional de l’OMS pour l’Europe, il est inacceptable qu’après 50 ans d’efforts pour rendre la vaccination sûre et accessible, la rougeole continue de coûter des vies, de l’argent et du temps. »

Des poches non immunisées

Selon l’OMS, les épidémies de rougeole se poursuivent car il subsiste des poches de résistance avec un certain nombre de personnes non ou mal immunisées, en particulier parce qu’un nombre croissant de parents refusent la vaccination pour leurs enfants, où n’y ont pas accès.

La montée en puissance de mouvements anti-vaccins est une préoccupation mondiale. Depuis décembre 2014, une épidémie de rougeoles aux États-Unis provoque un vif débat sur ce sujet.

L’OMS suggère d’améliorer la surveillance afin de détecter et vacciner tous les cas suspects. Elle estime également qu’il faut tester plus rapidement ces cas suspects, mieux identifier les chaînes de transmission et fournir une information de bonne qualité sur les bénéfices et les risques liés à la vaccination aux populations. En septembre dernier, le bureau régional Europe de l’OMS a adopté le nouveau plan européen d’action pour les vaccins (EVAP), une déclinaison régionale du Plan d’action mondial pour les vaccins de l’OMS, comprenant notamment un cadre de travail pour vérifier le processus d’élimination de la maladie.

Damien Coulomb
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Manque de temps, frustration, relations avec les patients : ces facteurs de stress qui mènent les généralistes au burn-out

La sensation de « travail empêché » chez les médecins joue fortement sur l'épuisement émotionnel et la dépersonnalisation, deux causes de... 5

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... 1

AP-HP : contre un « plan social imposé », les personnels bravent la pluie et Martin Hirsch

aphp

Une trentaine de personnels de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) se sont rassemblés ce lundi devant le siège parisien du... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter