Les Fusobacterium, l’autre bactérie responsable des pharyngites bactérienne du jeune adulte

Les Fusobacterium, l’autre bactérie responsable des pharyngites bactérienne du jeune adulte

18.02.2015

Le streptocoque A n’est pas forcément l’unique origine bactérienne d’une angine chez les adolescents et les jeunes adultes. Dans une étude parue dans les « Annals of Internal Medicine », c’est une autre bactérie qui serait la plus fréquemment détectée : le Fusobacterium necrophorum, un pathogène capable de provoquer de rares mais sérieuses complications.

Deux fois plus de Fusobacterium

Les auteurs ont recruté 312 étudiants âgés entre 15 et 30 ans qui se sont présentés dans une clinique pour un mal de gorge intense, et 180 étudiants asymptomatiques. Des tests PCR ont montré que 20,5 % des patients admis en clinique et 9,4 % des personnes sans symptômes étaient porteurs du Fusobacterium. Il avait donc deux fois plus de malades porteurs de cette bactérie que de malades infectés par un streptocoque de groupe A (10,3 %) ou par un streptocoque de groupe C ou G (9 %).

Non traitée, une infection par un Fusobacterium necrophorum peut évoluer vers une sinusite, des abcès ou vers un syndrome de Lemierre : ce serait le cas d’un malade sur 20, selon les auteurs de l’étude. Plus rarement, cette bactérie peut également causer des endocardites.

Attirer l’attention sur les bactéries anaérobies

Le Pr Émile Reyt, du service d’oto-rhino-laryngologie du CHU de Grenoble reste prudent face à l’interprétation de ces résultats : « la population de cette étude n’est pas suffisamment décrite d’un point de vue clinique pour que l’on sache s’ils souffrent d’angine ou non. Il pouvait s’agir de rhinopharyngites par exemple ». Pour autant, le Pr Émile Reyt estime qu’il est intéressant d’attirer l’attention sur d’autres bactéries pouvant être à l’origine d’une pharyngite, notamment les bactéries anaérobies, qui peuvent diffuser au cours d’une angine. « Il est normal de craindre l’infection par streptocoque A, car elle peut être à l’origine de très graves complications, mais à trop se fier aux tests des dépistages du streptocoque A, on se retrouve avec une mauvaise couverture antibiotique. Il faut prendre en compte l’ensemble du contexte clinique », estime-t-il.

Recrudescence des phlegmons et des abcès

Il y a un peu plus d’un an, le Collège français d’ORL et de chirurgie cervicofaciale, présidée par le Pr Émile Heyt, s’est associé à la Société française d’ORL et chirurgie cervicofaciale pour dénoncer la possibilité de réaliser en pharmacie le test oropharyngé d’orientation diagnostique des angines à streptocoque du groupe A. « Nous menons en ce moment une étude cas-témoins dans laquelle nous observons une recrudescence très nette des phlegmons périamygdaliens et des cas de cellulite cervicale. Le problème est que 60 à 75 % des gens ne prennent des que des anti-inflammatoires anti-stéroïdiens, » rapporte Émile Heyt, qui estime que, lors d’un examen clinique,il faut traiter par antibiotiques s’il s’agit d’une angine unilatérale ou d’une angine érythémato-pultacé.

Ne traiter que les cas les plus sévères

« La plupart des pharyngites guérissent sans traitement » expliquent pour leur part les auteurs de l’étude, « mais des antibiotiques devraient être proposés aux patients ayant à la fois un mal de gorge, de la fièvre, des difficultés à avaler et des tonsilles enflés. »

Dans un édito accompagnant l’étude, le Dr Jeffrey Linder, de l’école médical de Harvard, met les lecteurs en garde contre la tentation de surprescription antibiotique que pourrait provoquer cette publication. « Un patient sur 10 environ aura effectivement besoin d’antibiotiques, mais les médecins américains prescrivent pourtant déjà des antibiotiques dans 60 % des cas, seules les angines les plus sévères doivent être traitées par une cure d’antibiotique, » signale-t-il.

Damien Coulomb
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
20.02.2015 à 22h56

« "Seules les angines les plus sévères doivent être traitées par une cure d’antibiotique" Oui mais comment savoir lesquelles, si le streptotest ne suffit pas ? Sur des critères de gravité clinique, do Lire la suite

Répondre
 
19.02.2015 à 00h46

« Tiens donc ! C'est ce que je disais des le début du Streptotest, pauvre MG de base que je suis (mais fille de microbiologiste, il est vrai ). Dire que d'aucuns voudraient confier le Streptotest aux Lire la suite

Répondre
 
19.02.2015 à 10h39

« La clinique, ce concept tellement oublié, sauf par les MG de base, au profit de logiciels d'aide décérébrants. »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 12

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 9

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter