News - La rhinite fait l’ascension du puy de Dôme

NewsLa rhinite fait l’ascension du puy de Dôme

10.02.2015

Une étude clermontoise montre que la prévalence de la rhinoconjonctivite allergique saisonnière (RAS) a grimpé de 55 % en dix ans. Elle montre aussi une association inattendue avec le charme et le platane.

  • La rhinite fait l’ascension du puy de Dôme

    La rhinite fait l’ascension du puy de Dôme

Peu d’études, et en tout cas aucune ayant duré plus de quatre années, ont examiné l’étiologie de la rhinoconjonctivite allergique saisonnière (RAS) sur la base de la consommation de médicaments antiallergiques, rappellent D.M. Caillaud et coll. en préambule de leur article dans Allergy. C’est dire l’intérêt du travail de cette équipe clermontoise : étudier, sur une période de dix ans, la relation à court terme entre l’exposition aux pollens et la RAS dans cette zone urbaine du centre de la France.

Un cas de RAS était défini par l’association, sur la même ordonnance, d’un antihistaminique oral et d’un médicament antiallergique local. Les auteurs ont analysé la relation entre les modifications journalières des concentrations polliniques et les changements jour après jour du nombre de cas de RAS. Étaient pris en compte des facteurs confondants comme la pollution de l’air, le temps et le jour de la semaine.

Première constatation de l’étude : entre 2003 et 2012, le nombre de cas de RAS traitée est passé de 7 265 à 11 315.

Deuxième constatation : en ce qui concerne le risque relatif de RAS traitée associé à une augmentation d’un interquartile de la concentration de pollens, on a observé un accroissement significatif de ce risque pour le frêne (Fraxinus), le bouleau (Betula), le charme (Carpinus), le platane (Platanus), les graminées (Poeceae) et les urticacées (Urticaceae) durant toute la saison pollinique. En ce qui concerne les urticacées seules, l’augmentation du risque était cantonnée au premier semestre.

 

La surprise pariétaire

« La prévalence des cas de RAS traitée a augmenté d’environ 55 % en dix ans,indiquent les auteurs. L’étude non seulement confirme le rôle hautement allergénique des pollens de frêne, de bouleau et de graminées mais elle montre également une association relativement inconnue entre la RAS traitée et les pollens de charme et de platane, malgré un compte inférieur à 1 % de la concentration pollinique globale. Elle souligne aussi l’existence de solides corrélations avec les pollens d’urticacées, spécialement durant le premier trimestre, ce qui suggère un rôle potentiel de la pollinisation par la pariétaire dans cette région non méditerranéenne. »

 

Dr Emmanuel de Viel

Caillaud DM et coll. Allergy 2015 ; 70 : 99-106.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 11

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 8

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter