EPIPAGE-2 : la survie des grands prématurés s’améliore sauf pour ceux nés avant 24 semaines

EPIPAGE-2 : la survie des grands prématurés s’améliore sauf pour ceux nés avant 24 semaines

28.01.2015
  • 1422466522581743_IMG_146334_HR.jpg

    EPIPAGE-2 : la survie des grands prématurés s’améliore sauf pour ceux nés avant 24 semaines

Depuis 1997 et les résultats de la première étude EPIPAGE, la proportion des enfants ayant survécu sans morbidité sévère a augmenté de 14 % chez les prématurés nés entre la 25e et la 29e semaine d’aménorrhée, et de 6 % pour les enfants nés entre la 30e et la 31e semaine. Ces chiffres font partie de la première fournée de données produite par l’équipe INSERM EPOPé (équipe de recherche en épidémiologie obstétricale, périnatale et pédiatrique). L’étude EPIPAGE-2 (Étude épidémiologique sur les petits âges gestationnels) a inclus entre mars 2011 et décembre 2011, 6 700 enfants prématurés (naissances vivantes et morts nés) dans 25 régions de France.

94 % de survie chez les grands prématurés

Les résultats publiés dans « JAMA Pediatrics » montrent que 94 % des enfants nés au bout de 27 à 31 semaines d’aménorrhée sont sortis vivants de la maternité, et 81 % de ces survivants n’ont pas connu de morbidité grave (pneumopathie, hémorragies intraventriculaires, leucomalacie, rétinopathie ou entérocolite nécrosante) au cours de leurs premiers mois de vie. Par ailleurs, 59 % des enfants nés à 25 semaines d’aménorrhée et 75 % de ceux nés à 26 semaines d’aménorrhée ont survécu tandis que les proportions des survivants sans pathologie néonatale grave étaient respectivement de 30 et 48 %. « En revanche, la situation n’a pas évolué pour les plus grands prématurés, nés avant 24 semaines », explique le Dr Pierre-Yves Ancel, premier auteur et responsable de l’équipe EPOPé. À 24 semaines, seulement 31 % des enfants survivent, dont 12 % sans comorbidité grave.

Une amélioration globale de la prise en charge

Pour expliquer cette amélioration de la santé périnatale des enfants prématurés, les chercheurs évoquent le meilleur repérage des grossesses à risque de prématurité, ou au cours desquels un accouchement prématuré doit être provoqué, comme les cas de décollement placentaire. « Environ 85 % des prématurés naissent désormais dans des maternités de type 3 », note le Dr François Goffinet. Selon le Pr Jean Christophe Rozé, chef du service de médecine néonatale du CHU de Nantes, « ce n’est pas seulement dans un centre ou deux que l’on a assisté à une amélioration de la survie au-delà de 26 semaines, mais dans l’ensemble des maternités de niveau 3 ».

Un suivi de 6 ans

Les chercheurs vont continuer le suivi de 4 000 des prématurés survivants de la cohrote EPIPAGE-2 pendant 6 ans, grâce aux 6 millions d’euros obtenus dans le cadre d’un appel à projet. « Nous souhaiterions pousser le suivi jusqu’à la 12e année des enfants », espère Pierre-Yves Ancel, qui ne cache pas ses « craintes quant à la possibilité de trouver le financement pour un tel projet ». Lors de la première étude EPIPAGE, les suivis les plus longs étaient de huit ans.

Damien Coulomb
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
psy
Focus

Journée nationale d'action le 22 janvier Abonné

Éreintée par la pénurie médicale et le manque de personnels, fragilisée par une organisation obsolète, la psychiatrie à l'hôpital public fait grise mine. Demain, ses défendeurs manifestent à Paris pour ouvrir les yeux des pouvoirs publics sur la dégradation des conditions de soins. Commenter

Organisation des ECNi : le CNG bientôt au chomâge technique ?

Alors que les épreuves classantes nationales informatisées (ECNi) sont condamnées à disparaître d'ici à quelques années, le Centre national... 2

Moins de viande, plus de fruits, de légumes et de graines : le régime qui équilibre santé et climat

viande rouge

« La civilisation est en crise. Nous ne pouvons plus nourrir la population mondiale de façon saine tout en ménageant les ressources de la pl... 2

Un urgentiste de Valenciennes condamné à un an de prison avec sursis après la mort d'une jeune fille

Un médecin urgentiste d'une polyclinique de Valenciennes a été condamné à douze mois de prison avec sursis, 3 000 euros d'amende et 150 000... 27

400 généralistes salariés ou mixtes dans les déserts : premiers recrutements d'ici à fin mars

cabinet

Du neuf du côté des 400 postes de généralistes à exercice partagé ville/hôpital ou salarié en zone sous-dense. La direction générale de... 46

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter