Cancer du sein : une thérapie combinée avec Herceptin fait ses preuves contre les récidives des tumeurs limitées

Cancer du sein : une thérapie combinée avec Herceptin fait ses preuves contre les récidives des tumeurs limitées

09.01.2015
  • 1420823730576616_IMG_144895_HR.jpg

    Cancer du sein : une thérapie combinée avec Herceptin fait ses preuves contre les récidives des tumeurs lim...

Un protocole incluant de l’Herceptin (trastuzumab) pourrait devenir le traitement standard dans le traitement des cancers du sein HER2+ mais limités au stade 1, selon un essai de phase 2 publié dans le « New England Journal of Medicine ». Jusqu’alors, il n’existait pas de référence dans ces tumeurs de petite taille (‹ 2 cm et sans atteinte ganglionnaire) faute de données, puisque la plupart des patients étaient inéligibles dans les essais pivots testant le trastuzumab.

En association à du paclitaxel à faible dose

Dans une étude menée chez 406 femmes ayant une tumeur mesurant moins de 3 cm, une équipe du Dana Farber Institute montre que l’association adjuvante d’une chimiothérapie par paclitaxel à faible dose et de trastuzumab permet de limiter à moins de 2 % le risque de récidive précoce sur un suivi médian de 4 ans. Le protocole consistait à administrer une association hebdomadaire de paclitaxel et de trastuzumab pendant 12 semaines suivie par une monothérapie de trastuzumab pendant 9 mois. Trois ans après la fin du traitement, 98,7 % des patientes étaient en vie et sans cancer invasif. Les effets secondaires étaient moins marqués que ceux associés à une chimiothérapie traditionnelle.

Pour Eric Winer, l’auteur senior et directeur du programme de recherche « Breast Oncology » au Dana-Farber : « Les femmes avec des petites tumeurs du sein, HER-2 positives et sans atteinte ganglionnaire ont un risque faible mais significatif de récurrence de leur maladie. Cette étude montre que l’association d’une chimiothérapie de faible intensité et de trastuzumab (...) est un standard de traitement séduisant pour ce groupe de patientes. » Sara Tolaney souligne la satisfaction de l’équipe, très engagée dans l’identification de traitements adaptés tout à la fois aux caractéristiques biologiques et au stade de la tumeur, suite à « cet excellent exemple de la valeur de l’approche ».

The New England Journal of Medicine, publié le 7 janvier 2015

Dr I. D.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
T Médecin ou Interne 09.01.2015 à 23h18

« Merci c'est gentil pour les femmes anglaises qui sont mortes depuis 2005 car l'herceptine n'était pas validé sur cette belle ile. En France, si. Avec un autre financeur que la sécu le serait il enco Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 11

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 8

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter