Face à la pénurie de vaccins, le HCSP adapte la stratégie vaccinale contre le méningocoque C

Face à la pénurie de vaccins, le HCSP adapte la stratégie vaccinale contre le méningocoque C

05.01.2015
  • 1420478133575262_IMG_144553_HR.jpg

    Face à la pénurie de vaccins, le HCSP adapte la stratégie vaccinale contre le méningocoque C

Le Haut Conseil de santé publique (HCSP) a publié des recommandations concernant la vaccination contre le méningocoque C, compte tenu de la situation de pénurie en vaccins monovalents. L’avis a été réalisé suite à la saisine début octobre de la Direction générale de la santé qui s’inquiétait du retrait de tous les lots de Meningitec en France et en Europe, en raison d’un défaut de qualité.

Selon le HCSP, « les enfants âgés de 12 mois à 4 ans doivent être prioritaires pour l’utilisation des vaccins méningococciques C conjugués monovalents ». Le Haut Conseil justifie ces choix par le fait « qu’ils font partie des tranches d’âge les plus touchées » et que l’immunogénicité est meilleure chez eux avec l’utilisation d’un vaccin monovalent.

Le recours aux vaccins tétravalents est recommandé

Concernant la tranche d’âge 15-24 ans « également fortement affectée », le HCSP tient à souligner que « l’utilisation d’un vaccin tétravalent conjugué présente l’avantage d’une protection plus large chez ces sujets potentiellement voyageurs ». Pour les autres classes d’âge moins exposées, mais à vacciner « pour permettre l’immunité de groupe », le HCSP préconise de recourir aux vaccins tétravalents conjugués ACWY, Nimenrix et Menveo, en précisant que « la nécessité de rappel ultérieur devra être considérée ». Le HCSP demande d’ailleurs aux autorités de santé le remboursement des vaccins conjugués tétravalents « dès lors qu’ils sont utilisés en remplacement des vaccins monovalents pendant la période de pénurie de vaccins (...) ».

L’avis relatif aux homosexuels toujours d’actualité

Concernant la vaccination contre le méningocoque C, le HSCP tient à rappeler son avis du 7 novembre 2014 relatif aux hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH). Les homosexuels masculins âgés de plus de 25 ans étant particulièrement touchés par l’augmentation du nombre de cas d’infection invasive à méningocoque C (IIM) en Ile-de-France et sur le reste du territoire, le HCSP a recommandé de vacciner « les HSH ainsi que les personnes âgées de 25 ans et plus fréquentant les lieux de convivialité ou de rencontres gay ». L’utilisation d’un vaccin tétravalent conjugué ACWY est indiquée en situation de pénurie, conférant le double avantage d’une protection plus large et de plus longue durée.

Dr I. D.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, chef du service de réanimation à la polyclinique de Gentilly (Nancy) et médecin humanitaire, a été promu au rang... 11

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

La consommation d’antibiotiques en France reste à la hausse en ville

ANTIBIOTIQUES

La tendance à la hausse de la consommation d’antibiotiques en ville se poursuit depuis 2010, après une période de baisse (2000-2005) puis... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter