Nouvelle campagne pour le don de gamètes : il faut 900 donneuses et 300 donneurs par an

Nouvelle campagne pour le don de gamètes : il faut 900 donneuses et 300 donneurs par an

28.11.2014
  • 1417191767567513_IMG_142448_HR.jpg

L’agence de la biomédecine lancera sa campagne nationale de « donneurs de bonheur » à destination du public et des professionnels de santé. Cette campagne vise à encourager les dons d’ovocytes et de spermatozoïdes afin de répondre à l’infertilité médicalement diagnostiquée d’un des membres du couple ou d’éviter la transmission à l’enfant d’une maladie grave.

Toutefois, ces dons sont insuffisants en France. En 2012, 1 304 enfants sont nés suite à une assistance médicale à la procréation (AMP) grâce aux dons de spermatozoïdes et d’ovocytes. « Nous avons comptabilisé environ plus de 200 donneurs de spermatozoïdes et 400 d’ovocytes en 2012, mais cela n’est pas suffisant pour satisfaire la demande. Des couples ne peuvent toujours pas avoir accès à l’AMP », explique le Pr Dominique Royère, directeur de procréation, embryologie, génétique humaine à l’Agence de la biomédecine.

L’objectif est d’assurer l’autosuffisance

« La demande des couples receveurs est stable ces dernières années, mais la situation asymétrique des donneurs et donneuses pénalise les couples désirant avoir un enfant. Les délais d’attentes sont longs, d’un à trois ans, cela incite certains couples à aller à l’étranger », explique le Pr Françoise Merlet, en charge de l’AMP à l’Agence de biomédecine. Suite à la loi bioéthique du 6 août 2004 et modifié en juillet 2011, dix grossesses sont possibles pour un donneur de spermatozoïde et deux pour une donneuse d’ovocytes.

L’objectif de « 900 donneuses et 300 donneurs par an permettraient de résorber les attentes des couples et d’enrichir la diversité des profils » pour apparier au mieux les donneurs et receveurs. « Nous constatons que la plupart des donneurs et donneuses sont de type caucasien. Pour répondre à la demande des couples receveurs qui ont d’autres origines, asiatique ou africaine par exemple, nous avons en effet besoin d’enrichir et de diversifier les profils des donneurs et de donneuses par rapport à ces morphotypes », ajoute le Pr Royère.

Les professionnels de santé au cœur de la campagne

La mobilisation de l’Agence de la biomédecine passe par la promotion, l’encadrement et l’accompagnement des actes de dons. « On désire générer un mouvement de solidarité », indique le Pr Royère. Les praticiens et sages-femmes, premier référent pour les questions de santé sont des relais clés pour renforcer la confiance des individus sur les activités de dons et renseigner les futurs donateurs.

« Ils jouent un rôle primordial pour le public », poursuit le Pr Merlet. Afin de répondre à toutes les questions de leur patientèle, de nouvelles affiches et brochures seront mises à disposition sur le site de l’Agence de biomédecine, téléchargeables gratuitement.

57 centres en France pour faire un don

L’Agence de la biomédecine collabore avec les experts des sociétés savantes, les praticiens des centres de don, d’AMP et les agences régionales de santé (ARS) afin d’améliorer la répartition territoriale de l’activité du don de gamètes. « Si on veut satisfaire l’offre, il faut un dispositif étendu pour les personnes voulant faire un don », précise le Pr Royère.

En France, 30 centres d’Assistance à la procréation pratiquent le don d’ovocytes au sein d’établissement de santé autorisés par les ARS et 27 centres spécialisés CESOS (centres de conservation des œufs et du sperme humain) sont chargés du recueil, du traitement et de la cession de spermatozoïde en vue d’un don. Ce « maillage territorial » est indispensable pour faciliter la prise en charge des potentiels donneurs.

Le don d’ovocytes et de spermatozoïdes est pris en charge à 100 % par la sécurité sociale (déplacement, hébergement...). L’Agence de la biomédecine propose deux sites internet de référence : dondovocytes.fr et dondespermatozoides.fr ainsi qu’un numéro vert (0 800 541 541) dédiés à l’information sur le don des gamètes.

Sophie Martos
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
29.11.2014 à 09h29

« Dons d'ovocytes...Qui a déjà testé ? Grosse galère en perspective pour la donneuse, entre les multiples consultations, bilans, échographies, stimulation par IM répétées bien senties, rarement sur le Lire la suite

Répondre
 
01.12.2014 à 10h03

« C'est pour cela que l'ABM ne parle plus de "don" sur ses récentes pubs et invite à "offrir" des ovocytes comme un super cadeau de Noël.
Toutes ces offrandes et ces sacrifices d'expiation, qui copie Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Lévothyrox : l'ANSM s'interroge sur l'apport des réseaux sociaux sur la pharmacovigilance

ansm levothyrox

En plus des spécialités de lévothyroxine déjà présentes, une prochaine pourrait arriver début 2018. « Une évaluation de demande d’AMM pour... 8

Nouvelles consultations, nouveaux contrats conventionnels : la CNAM a fait ses comptes

cnam

La Caisse nationale d'assurance-maladie (CNAM) a dressé ce vendredi un bilan chiffré des nouveaux actes, tarifs et contrats mis en place... 1

Un exosquelette permet à un jeune chirurgien italien paraplégique d'opérer ses patients

Marco Dolfin

Chirurgien orthopédiste en milieu hospitalier à Turin, Marco Dolfin est devenu paraplégique à la suite d'un accident de la route. Après un... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter