Traitement par la méthadone : les généralistes font aussi bien que les centres spécialisés

Traitement par la méthadone : les généralistes font aussi bien que les centres spécialisés

18.11.2014
  • 1416327576564466_IMG_141490_HR.jpg

    Traitement par la méthadone : les généralistes font aussi bien que les centres spécialisés

Selon les résultats de l’étude Méthaville, commandée et financée par l’Agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites virales (ANRS), publiée dans PLOS One, il est tout à fait envisageable d’étendre aux médecins généralistes la prescription de méthadone. En France, la buprénorphine et la méthadone sont les deux produits de substitutions proposés, si la buprénorphine peut être prescrite en médecine de ville, ce n’est pas le cas de la méthadone qui reste réservée aux centres spécialisés.

Patrizia Carrieri, de l’observatoire régional de la santé Provence-Alpes-Côte d’Azur et le Dr Alain Morel, de l’association Oppelia France, ont mené une étude sur 221 patients dépendants aux opioïdes souhaitant entrer dans un programme de méthadone. Un premier groupe de 155 patients devait initier leurs traitements chez un médecin généraliste tandis que les 66 autres l’ont entamé dans un centre spécialisé.

55 % d’« abstinence » à un an

Pendant la phase d’initiation de deux semaines, chaque patient devait venir prendre sa dose quotidienne de méthadone à la pharmacie de ville ou dans un centre spécialisé. C’est pendant cette phase délicate que le dosage optimum est déterminé.

Un an après l’initiation du traitement, 55 % des patients pris en charge par des médecins généralistes et 33 % de ceux encadrés par un centre spécialisé étaient « abstinents », c’est-à-dire qu’ils ne consommaient plus de drogues injectables acquises dans la rue. La prescription initiale par les médecins généralistes était donc non inférieure à celle assurée par les centres spécialisés.

Aucun surdosage observé

Cette prescription initiale par les médecins généralistes semblait même statistiquement supérieure en ce qui concerne l’engagement dans le traitement : 65 % des patients des centres de traitement poursuivaient le traitement jusqu’à stabilisation du dosage contre 94 % de ceux suivis par un médecin généraliste. En outre, aucun surdosage n’a été observé au cours de la phase d’initiation dans les deux groupes. Cette étude montre donc qu’une évolution du système de prise en charge des usagers de drogue par voie intraveineuse est possible.

Les auteurs précisent cependant qu’un tel changement nécessitera un effort de formation des médecins généralistes. Ceux qui avaient été inclus dans l’étude avaient tous une expérience en matière de prise en charge de la dépendance aux opioïdes ou avaient suivi des cours d’addictologie. Une formation complémentaire centrée sur la prescription de méthadone leur avait en outre été délivrée avant le début de l’étude proprement dite.

Damien Coulomb
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
19.11.2014 à 10h38

« Prise en charge initiale, primo prescription, prise quotidienne à la pharmacie : toutes ces missions prennent du temps, nécessitent une formation spécialisée et engagent fortement la responsabilité Lire la suite

Répondre
 
18.11.2014 à 22h37

« Pour avoir été l'un des 32 médecins généralistes à avoir participé à l'étude Méthaville, je considère que le titre de votre article laisse à penser que les MG faisant aussi bien que les CSAPA pour l Lire la suite

Répondre
 
Stéphane L
Stéphane L La rédaction du Quotidien du Médecin 19.11.2014 à 09h59

« Merci pour ce témoignage précieux. Vous avez raison, seuls les médecins " bien entraînés" sont en mesure de prescrire correctement ce traitement. C'est d'ailleurs ce que nous précisons dans le texte Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 11

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 8

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter