Première chirurgie fœtale en France pour un cas de spina bifida

Première chirurgie fœtale en France pour un cas de spina bifida

18.11.2014

L’équipe de médecine fœtale de l’hôpital Armand-Trousseau (Paris) en collaboration avec les neurochirurgiens de l’hôpital Necker (Paris) a réalisé la première opération de chirurgie fœtale en France au terme de 5 mois de grossesse pour un cas de spina bifida. Cette intervention s’est déroulée au mois de juillet dernier avec une normalisation des anomalies cérébrales à 10 jours. L’accouchement a eu lieu le 9 novembre par césarienne à 8 mois. Le communiqué de presse de l’AP-HP indique que « le bébé ainsi que la maman sont en parfaite santé ».

Le spina bifida est la malformation la plus fréquente du système nerveux central, touchant en moyenne 1 grossesse sur 1 000. Dans plus de 90 % des cas, la malformation est diagnostiquée lors des échographies obstétricales. Outre des lésions irréversibles de la moelle et des racines pouvant compromettre l’acquisition de la marche et le contrôle des sphincters, il peut y avoir des conséquences cérébrales avec une hydrocéphalie.

L’expérience américaine en exemple

De nombreux travaux, dont ceux du Pr Scott Adzick du Children’s Hospital of Philadelphia, ont montré que la réparation prénatale vers 5 mois de grossesse permettait de réduire le handicap futur de ces enfants. Comme l’explique le Pr Jean-Marie Jouannic de l’hôpital Armand-Trousseau : « Cette intervention est réalisée depuis de nombreuses années aux États-Unis. Elle consiste à recouvrir la moelle épinière extériorisée en réparant par une suture l’enveloppe qui normalement la recouvre, puis à suturer ensuite la peau du bébé. Comparé à une prise charge après la naissance, les bénéfices pour le bébé sont plus importants. Cette réparation permet de stopper la fuite du liquide céphalo-rachidien. Le cerveau étant ainsi protégé, le développement intellectuel des enfants est amélioré. Cependant cette intervention fœtale expose au risque d’accouchement prématuré. Elle impose également la naissance des enfants par césarienne ». L’opération nécessite une anesthésie générale maternelle avec l’intervention d’un médecin obstétricien et d’un neuro-chirurgien pédiatrique spécialisé. L’hospitalisation postopératoire dure entre 4 et 8 jours avec un traitement antalgique, antibiotique et tocolytique.

Communiqué de presse de l’AP-HP

Dr I. D.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 12

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 9

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter