La supériorité du nez féminin tiendrait au cerveau

La supériorité du nez féminin tiendrait au cerveau

07.11.2014
  • 1415369359561499_IMG_140789_HR.jpg

Sensibilité, identification, mémoire, les meilleures performances olfactives des femmes tiendraient à leur cerveau. C’est en tout cas l’hypothèse soutenue par des chercheurs brésiliens. Selon l’équipe dirigée par Roberto Lent, les différences comportementales s’expliqueraient par un dimorphisme sexuel du bulbe olfactif. Les femmes seraient dotées d’un nombre supérieur de neurones au sein de ce premier relais cérébral de l’odorat.

Les chercheurs ont analysé les prélèvements post mortem de 18 sujets, 7 hommes âgés en moyenne de 78,4 ans (58-92) et de 11 femmes âgées en moyenne de 71,5 femmes (55-94).

Deux fois plus de neurones chez les femmes

Si les bulbes olfactifs pesaient sensiblement le même poids, il n’en allait pas de même pour le nombre de cellules. Au total, il atteignait chez les femmes 16,2 millions par rapport à 9,2 millions chez les hommes, soit une différence de 43,2 %. Plus spécifiquement, le nombre de neurones était de 6,9 millions chez les femmes et de 3,5 millions chez les hommes, soit une différence de 49,3 %. De même, le nombre de cellules non neuronales était plus élevé chez les femmes, 9,3 versus 5,7 millions, soit une différence de 38,7 %.

De manière globale, la différence liée au sexe quant au nombre total de cellules, au nombre de neurones et au nombre de cellules non-neuronales, était en faveur des femmes de l’ordre de 40-50 %. Pour les auteurs : « Il est concevable que ces différences de cellularité quantitative puissent avoir un impact fonctionnel, même s’il est difficile de savoir exactement comment, en l’absence de données sur les circuits spécifiques cellulaires. »

PLoS ONE, publié le 5 novembre 2014

Dr I. D.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
10.11.2014 à 09h51

« Une moyenne d'âge tout de même sensiblement plus élevée chez les hommes... Auraient-ils perdu quelques neurones du bulbe au passage ? »

Répondre
 
09.11.2014 à 13h12

« Ouh là !!! Je vais devoir augmenter mon budget aftershave. »

Répondre
 
07.11.2014 à 22h40

« Le bulbe olfactif est régi par le rhinencéphale, le cerveau "reptilien" de l'humain, cerveau archaïque, le plus primaire.
Pourquoi donc est-il plus développé chez la femme ?...
Toute interprétation Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Manque de temps, frustration, relations avec les patients : ces facteurs de stress qui mènent les généralistes au burn-out

La sensation de « travail empêché » chez les médecins joue fortement sur l'épuisement émotionnel et la dépersonnalisation, deux causes de... 5

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... 1

AP-HP : contre un « plan social imposé », les personnels bravent la pluie et Martin Hirsch

aphp

Une trentaine de personnels de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) se sont rassemblés ce lundi devant le siège parisien du... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter