Cancer du poumon : la détection précoce possible grâce à un test sanguin

Cancer du poumon : la détection précoce possible grâce à un test sanguin

03.11.2014
  • 1415032698560261_IMG_140371_HR.jpg

Une équipe médicale française, dirigée par le Pr Paul Hofman, pathologiste au CHU de Nice, a mis au point un test sanguin capable de dépister précocement le cancer du poumon. L’étude réalisée chez les personnes atteintes de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) montre que le cancer du poumon serait détectable plusieurs mois à plusieurs années avant que les premiers signes soient visibles par scanner. Les résultats de l’étude viennent d’être publiés dans la revue « Plos One ».

Des cellules « sentinelles » visant à détecter le cancer

Des études précédentes sur un modèle animal avaient prouvé que les tumeurs invasives diffusaient des cellules cancéreuses circulantes (CTC) dans le sang, dès les premières étapes de la formation du cancer (carcinome in situ). Afin d’identifier ces CTC, l’équipe de Paul Hofman a conçu un test sanguin baptisé ISET (Isolation by Size of Tumor cells) en collaboration avec la compagnie Rarecells Diagnostics, capable de détecter tous types de cellules tumorales. Pour expérimenter leur nouvelle technique, les chercheurs ont soumis un groupe de 245 personnes, sans cancer à un test sanguin et à des examens d’imagerie.

Parmi les sujets, 168 étaient atteints de BPCO, un facteur de risque du cancer du poumon. Les CTC ont été identifiées chez cinq de ces patients par analyse cytomorphologique et de marqueurs épithéliaux et mésenchymateux. Les examens d’imagerie n’ont pas révélé la présence de nodules au niveau pulmonaire.

Aucun signe de récidive détecté

Un à quatre ans après le test sanguin, ces cinq patients ont développé un nodule, détecté par tomodensitométrie. Ils ont immédiatement été opérés et l’analyse histopathologique du nodule a confirmé le diagnostic du cancer du poumon à un stade précoce. Ces patients ont été suivis plus d’un an après l’opération, aucun signe de récidive n’a été détecté. En parallèle, chez les autres sujets, aucune CTC n’a été détectée au cours de l’étude.

Ces données suggèrent fortement que la détection cytopathologique et immunocytopathologique de CTC chez les patients à risque élevé de développer un cancer peut jouer un rôle de « sentinelle » et sont considérées comme un atout majeur dans l’éradication précoce d’un cancer primitif.

Sophie Martos
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 7 Commentaires
 
06.11.2014 à 22h22

« Enfin des résultats encourageants débouchant sur ' une prise en charge ' de ces patients qui seront guéris à des taux proches de 100 % . Si l'on découvrait des Méthodes analogues pour différents aut Lire la suite

Répondre
 
04.11.2014 à 18h46

« Pouvez-vous donner plus amples informations sur ce dépistage et son utilisation en Allemagne ? »

Répondre
 
05.11.2014 à 10h29

« Bonjour. La méthode de détection des cellules cancéreuses circulantes est donc utilisée en France, où les machines existent dans certains centres, mais ne sont pas à la disposition des malades hors Lire la suite

Répondre
 
03.11.2014 à 21h41

« Cette équipe médicale française n'est évidemment pas la première, car en Allemagne par exemple la méthode est utilisée à la fois pour dépister les cancers 20 mois avant leur apparition clinique et a Lire la suite

Répondre
 
04.11.2014 à 08h06

« Il est tout de même étonnant que vous soyez le seul à en parler non ? »

Répondre
 
04.11.2014 à 18h47

« Pouvez-vous donner plus amples informations ? »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... 4

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... 5

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter