Contraception : la HAS ne préconise pas le dépistage systématique de la thrombophilie avant la première prescription

Contraception : la HAS ne préconise pas le dépistage systématique de la thrombophilie avant la première prescription

26.09.2014
  • 1411745941548764_IMG_137100_HR.jpg

Dans le cadre des nombreux travaux initiés dans le sillage de la crise des pilules, la Haute Autorité de santé (HAS) a étudié, sur demande de la Direction Générale de la santé (DGS), l’opportunité d’un dépistage systématique de la thrombophilie avant une première prescription d’une contraception combinant œstrogène et progestatif. Elle a conclu qu’un tel examen n’était pas justifié, mais incite les prescripteurs à prendre en compte les facteurs de risque.

Coût élevé sans efficacité prouvée

La HAS ne préconise pas de dépistage systématique « car il n’existe pas de preuve de son efficacité et les études disponibles indiquent qu’il ne permettrait d’éviter que peu de cas de maladies thromboemboliques pour un coût très élevé », peut-on lire dans l’avis publié jeudi, à la veille de la Journée mondiale de la contraception.

Selon le contraceptif œstroprogestatif, le risque de développer une maladie thromboembolique augmente de 2 à 6 fois. Toutefois, le risque absolu reste faible : sur 10 000 femmes, et, selon le contraceptif utilisé, il concernerait 5 à 12 cas par an. La présence d’une thrombophilie augmente encore ce risque, mais les études permettant de le quantifier sont peu nombreuses et de faible niveau de preuve.

La thrombophilie négative n’est pas une preuve absolue

La HAS estime en outre qu’une thromboembolie veineuse peut survenir malgré un test négatif de la thrombophilie. Celle-ci peut par exemple se développer en raison de l’apparition d’une thrombophilie acquise ou de la survenue d’autres facteurs de risque comme un acte chirurgical, une fracture ou de l’obésité. L’autorité publique de législation rappelle les principaux facteurs de risque à prendre en compte : antécédents familiaux, antécédents de fractures, post-partum ou encore tabagisme. Elle insiste sur l’interdiction de prescrire une contraception œstroprogestative en cas d’antécédents personnels ou familiaux de maladie thromboembolique veineuse survenus chez un apparenté du 1er degré avant l’âge de 50-60 ans.

Information claire et réévaluation

Enfin, il est rappelé aux prescripteurs de délivrer une information « claire » sur les différentes méthodes contraceptives existantes ainsi que sur les effets indésirables et les précautions d’emploi d’une contraception œstroprogestative et de réévaluer à chaque consultation la pertinence d’utiliser un contraceptif œstroprogestatif.

Damien Coulomb
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Tarifs, avantage maternité, installation : À Avignon, les remplaçants de REAGJIR distillent les bons et mauvais points de 2017

Deux jeunes médecins, les Drs Charline Boissy et Pierre de Bremond d’Ars, se sont improvisé journalistes à l'occasion du « Grand petit... Commenter

Recherche sur les cellules souches : un débat éthique, un casse-tête réglementaire et un défi industriel

Abonné
accroche

Les applications potentielles des cellules souches dans le domaine de la recherche et de la santé sont immenses. Dans la pratique, elles... Commenter

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter