Suicide dans le monde : l’OMS appelle à décréter l’état d’urgence

Suicide dans le monde : l’OMS appelle à décréter l’état d’urgence

04.09.2014
  • 1409846992541399_IMG_135084_HR.jpg

Une personne toutes les 40 secondes se tue par autolyse. Pour la première fois, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) commet un rapport sur le suicide, qui s’appuie sur 10 ans de données à l’échelle internationale, afin d’accroître la prise de conscience autour de cet « enjeu de santé publique » et d’atteindre l’objectif de réduction de 10 % du taux de suicide d’ici à 2020, fixé lors de la 66e Assemblée mondiale de la santé en 2013.

« Chaque année, plus de 800 000 personnes décèdent en mettant fin à leurs jours et il y a pour chaque décès de nombreuses tentatives de suicide. Or le suicide ne figure que très rarement au rang des priorités en matière de santé publique », déplore la directrice de l’OMS, le Dr Margaret Chan.

804 000 suicides en 2012, les 3/4 dans les pays défavorisés

Dans le monde, 804 000 suicides ont eu lieu en 2012, soit un taux de suicide global de 11,4 pour 100 000 habitants (15 chez les hommes, 8 chez les femmes). Mais ce chiffre est probablement en deçà de la réalité, en raison de la stigmatisation, voire de l’illégalité, dans lesquelles l’acte est relégué.

Les hommes sont plus nombreux à se suicider que les femmes, à raison de 3 fois plus dans les pays riches, et 1,5 fois plus, dans les pays à faible ou moyen revenu.

Partout dans le monde, les taux de suicide sont les plus élevés chez les plus de 70 ans ; il est la deuxième cause de mortalité (8,5 % des décès) chez les jeunes de 15 à 29 ans. Les tentatives de suicide pourraient être 20 fois plus nombreuses que les suicides aboutis.

Les pays à revenu faible et intermédiaire concentrent les 3/4 des suicides, même si le pourcentage de tous les décès imputables au suicide est plus élevé dans les pays à fort revenu (1,7 %) qu’ailleurs (1,4 %). La prévalence est particulièrement élevée (supérieure à 15 pour 100 000) en Inde, Russie, Tanzanie, Mozambique, Congo, et élevé (entre 10 et 15) aux États-Unis, Amérique du Sud, Australie, France, Suède ou encore Finlande.

Les méthodes utilisées sont peu renseignées, notamment dans les pays à faible et intermédiaire revenu, mais l’ingestion de pesticides y est vraisemblablement la plus courante. Dans les pays à revenu élevé, le recours à la pendaison intervient dans un cas sur deux, suivi par les armes à feu (18 %, voire 46 % aux États-Unis).

Une tragédie évitable

Vingt-huit pays possèdent une stratégie nationale de prévention du suicide. L’OMS insiste sur la pertinence d’une action multisectorielle, qui interviendrait sur 3 types de facteurs : ceux liés au système de santé et à la société (limitation de l’accès aux moyens de suicide, précaution autour du traitement médiatique du suicide, accès aux soins...), ceux liés à la communauté (guerre, catastrophes naturelles, maltraitance, violence), et les facteurs individuels (antécédents de tentative, troubles mentaux, addictions...).

L’OMS encourage les États à impliquer les secteurs de l’éducation, de l’emploi, de la protection sociale, ou encore de la justice, et à adapter chaque stratégie au contexte culturel, dont la connaissance doit être approfondie. Et appelle les gouvernements, en priorité les ministres de la santé, à l’action, quel que soit l’aboutissement des politiques en cours.

« L’absence d’une stratégie nationale globale aboutie dans certains pays ne doit pas les empêcher de mettre en œuvre des programmes ciblés de prévention du suicide susceptibles de contribuer à une action nationale », lit-on.

Coline Garré
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
04.09.2014 à 20h54

« Arrêtons de prescrire les nouvelles molécules antidépresseurs et revenons donc à notre bon vieil Anafranil 75 à des doses suffisantes jusqu'à disparition des signes cliniques et on va voir la vie de Lire la suite

Répondre
 
05.09.2014 à 12h47

« Effectivement , leur vie se transformera , car cela permettra des suicides réussis...
Un réanimateur. »

Répondre
 
04.09.2014 à 20h39

« Et dire que pendant ce temps-là certains voudraient légaliser l'assistance au suicide... »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Les Généralistes CSMF planchent sur la démographie et contestent le « zonage » des ARS

Réunis en comité directeur, les Généralistes CSMF (ex-UNOF) ont décidé d'entamer un travail de fond sur leur projet politique, ciblé sur la... 1

Prendre en charge le burn-out : la HAS donne ses recommandations

burn out

En réponse à une saisine du ministère de la Santé au printemps 2016, la Haute Autorité de santé (HAS) rend publiques ses recommandations... 6

Le nouveau syndicat pour les infirmiers de bloc va consulter sur les conditions de travail

ibode

Depuis le 9 mai, les quelque 7 000 infirmiers diplômés d'État de bloc opératoire (IBODE) sont officiellement représentés par le Syndicat... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter