Près de trois quarts des dépressions ne sont pas traitées dans les cancers

Près de trois quarts des dépressions ne sont pas traitées dans les cancers

28.08.2014
  • 1409235930539711_IMG_134668_HR.jpg

    Près de trois quarts des dépressions ne sont pas traitées dans les cancers

Le chiffre est saisissant. Selon une étude écossaise publiée dans « The Lancet Psychiatry » chez 21 151 patients suivis en service d’oncologie (sein, poumon, colo-rectal, génito-urinaire, gynécologie) entre mai 2008 et août 2011, près de trois quarts des patients ayant un cancer et une dépression ne recevraient pas de traitement pour leur mauvaise santé mentale. Cet état de fait devrait d’autant plus interpeler qu’une dépression est bien identifiée comme facteur de raccourcissement de l’espérance de vie et qu’une forme majeure est fréquente dans les cancers.

Avec un dépistage effectué à l’aide d’un questionnaire et d’un entretien, la prévalence de la dépression majeure la plus élevée était retrouvée dans le cancer du poumon (13,1 %), puis dans le cancer colorectal (7,0 %) et les cancers génito-urinaires (5,6 %). Certains patients étaient davantage à risque de présenter une dépression majeure : les plus jeunes, les plus défavorisés socialement et les femmes (pour les cancers colo-rectaux et du poumon). Ces données pourraient aider les centres de psycho-oncologie à cibler les patients les plus en difficulté.

Des médicaments et une psychothérapie spécifique

Deux autres études publiées dans le même groupe, « The Lancet » et « The Lancet Oncology », également sous la direction du Pr Michael Sharpe, suggèrent qu’une prise en charge spécifique et intensive, appelée « DCPC » (en anglais pour « Depression Care for People with Cancer ») est efficace, respectivement, chez les patients atteints d’un cancer de bon pronostic (SMaRT Oncology-2) et chez ceux atteints d’un cancer de mauvais pronostic (SMarT Oncology-3). Ce programme consiste à associer un traitement médicamenteux antidépresseur et une prise en charge psychothérapeutique par du personnel spécialisé (infirmières formées, psychiatres), en collaboration avec le centre du cancer et aux soins primaires. Pour le Pr Michael Sharpe, de l’université d’Oxford : « Le bénéfice énorme apporté par le DCPC aux patients ayant un cancer et une dépression montre ce que nous pouvons obtenir pour eux en accordant autant d’attention au traitement de la dépression qu’à celui du cancer ».

Des bénéfices y compris pour les pronostics sombres

Dans l’étude randomisée SMaRT Oncology 2, les patients inclus avaient tous une survie prévisible ≥12 mois. Tandis que 62 % du groupe intervention (n= 143/231) ont présenté une diminution d’au moins 50 % des symptômes dépressifs sur une échelle validée de 20 items (Symptom Checklist Depression Scale), ce n’était le cas que pour 17 % du groupe standard (n=40/231), c’est-à-dire pris en charge par leur médecin traitant. De même, la seconde étude menée chez 142 patients atteints d’un cancer du poumon a constaté que le groupe intervention présentait une diminution significative du score de dépression. D’autres paramètres ont été améliorés tels que l’anxiété, la douleur, l’asthénie, la qualité de vie et le vécu des soins. Pour le Dr Jane Walker, de l’université d’Oxford et premier auteur de SMaRT Oncology 3 : « Cet essai montre que l’on peut traiter efficacement la dépression chez des patients ayant un cancer de mauvais pronostic tel que le cancer du poumon et améliorer vraiment la vie de ces patients. »

The Lancet Psychiatry, The Lancet, The Lancet Oncology, publiés en ligne

Dr I. D.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 4 Commentaires
 
29.08.2014 à 22h29

« Tout à fait d'accord ! »

Répondre
 
29.08.2014 à 12h00

« Cela me rappelle un patient traité pour un cancer de prostate métastatique, qui présentait une dépression réactionnelle du fait entre autres de la prostatectomie radicale, le médecin conseil avait r Lire la suite

Répondre
 
29.08.2014 à 10h18

« Personnellement, aucune prise en charge psychologique dans un centre anti-cancéreux renommé. Je pratique l'automédication, Séroplex 5 mg et la vie est belle... »

Répondre
 
28.08.2014 à 20h16

« Enfin ! »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Plus de 120 médecins libéraux et hospitaliers dans la course aux législatives !

legislatives

Au moins 120 médecins de toutes spécialités se présentent aux élections législatives, qui auront lieu les dimanches 11 et 18 juin. La carte... Commenter

Précarité, accès aux soins, prévention, les premiers pas de la ministre Buzyn en visite à ATD Quart Monde

Buzyn ADT Quart Monde

En choisissant le centre de promotion familiale ATD Quart Monde de Noisy-le-Grand pour son premier déplacement, ce 24 mai, Agnès Buzyn a... 2

Législatives 2017 : la carte des médecins candidats

Législatives 2017 : la carte des médecins candidats-0

Les élections législatives se dérouleront les dimanches 11 et 18 juin. La date limite de dépôt des candidatures (dans les 577... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter