Blessure du footballeur brésilien Neymar : décryptage des fractures thoraco-lombaires

Blessure du footballeur brésilien Neymar : décryptage des fractures thoraco-lombaires

08.07.2014
  • 1404831100536201_IMG_133662_HR.jpg

Dernières minutes du match qui oppose le Brésil à la Colombie en quart de finale de la Coupe du monde : le joueur vedette Neymar est violemment percuté dans le dos par un adversaire. Les médias du monde entier se font l’écho de cet incident, donnant au passage un coup de projecteur sur les fractures du rachis.

En l’occurrence, le Brésilien est victime d’une fracture du rachis thoraco-lombaire. Cette variété de fractures fait depuis un quart de siècle l’objet d’un regain d’intérêt avec de très nombreuses études spécialisées consacrées à ce sujet.

Deux types de fractures : celles du sujet jeune et... moins jeune

Épidémiologiquement, il convient de distinguer deux groupes de fractures de cette région : les fractures strictement « traumatiques », touchant tous les groupes de population mais plus particulièrement les sujets jeunes, et les fractures dites de « fragilité », touchant la population plutôt âgée, atteinte d’ostéoporose.

Dans cette dernière catégorie, sans doute la plus représentée numériquement, la violence traumatique n’est pas indispensable et la fracture peut résulter d’une simple chute, d’un effort voire même d’une simple quinte de toux.

Pour ce qui est des fractures du sujet jeune, l’approche thérapeutique a considérablement évolué autour de la notion de stabilité rachidienne qui d’ailleurs n’est pas exclusive à ce segment de population. Le rachis est

en effet un empilement de pièces osseuses qui aurait dû être naturellement instable du fait même qu’il s’agit d’un empilement aligné vertical. Seules les particularités anatomiques et architecturales des pièces individuelles et les structures ligamentaires et musculaires l’environnant font de la colonne un assemblage stable.

Cette stabilité est essentielle du fait que la colonne, non seulement constitue la structure squelettique axiale, centrale mais de surcroît héberge sur la quasi totalité de son étendue des éléments neurologiques.

Toute fracture sur une ou plusieurs des pièces constitutives est susceptible de remettre en question cette stabilité.

C’est autour de ce concept de stabilité, au terme de multiples recherches biomécaniques, que les classifications des fractures du rachis thoraco-lombaire ont évolué au cours des trente dernières années.

L’objectif était de disposer d’un outil susceptible de guider une attitude interventionniste (ostéosynthèse chirurgicale) ou, au contraire, de privilégier une approche conservatoire par mise au repos au lit ou installation d’un corset ou d’un plâtre de maintien.

Ostéosynthèse ou pas

Graduellement les indications thérapeutiques se sont précisées, une fois adoptées de telles classifications, laissant apparaître des indications relatives ou au contraire absolues. L’une de ces classifications, des plus en vogue actuellement, est celle de Margel. Elle distingue de façon détaillée plusieurs sous-types de dégâts rachidiens.

L’analyse de ces dégâts fait appel à toutes les modalités d’imagerie disponibles : radiographies conventionnelle, scanner, IPRM. Cette classification est plutôt à vocation chirurgicale afin de légitimer une ostéosynthèse visant à respecter les principaux objectifs de « précaution » : mobilisation précoce du blessé, soulagement rapide des douleurs, reconstitution de l’alignement rachidien et de la perméabilité canalaire, prévention du risque de survenue différée d’une altération neurologique, facilitation de la récupération d’un dégât neurologique constitué...

Quelle que soit la situation individuelle rencontrée, le soignant doit pondérer avec discernement la balance des avantages/risques d’une ostéosynthèse sur une attitude non chirurgicale. En aucun cas le principe de précaution d’une chirurgie systématique ne doit prendre le pas sur le principe fondateur de tout acte de soin : « primum non nocere ». Il semble que ce soit le choix des chirurgiens orthopédistes brésiliens pour la vedette de leur sélection nationale, même si un tel choix impose de toute façon plusieurs semaines de mise hors jeu.

Chirurgien orthopédiste, Paris, membre de la Société Française de Chirurgie Orthopédique (SOFCOT, www.sofcot.fr)

Pr Charles Msika
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 6 Commentaires
 
09.07.2014 à 07h53

« En fait, sur ce type de traumatisme dorso-lombaire par choc direct, le plus gros risque n'est pas médullaire, mais rénal ... Au pire, on parle alors de "fracture du rein" avec d'éventuelles lourdes Lire la suite

Répondre
 
11.07.2014 à 09h47

« D'accord. Sauf : il a été prouvé qu'il n'y a pas de "fracture du rein" sans hématurie macroscopique. Donc ne pas se focaliser sur une hématurie microscopique. »

Répondre
 
08.07.2014 à 21h23

« Ce genre de traumatisme est plus fréquent chez les gardiens de but et concerne généralement une apophyse transverse. Essayez de fracturer un corps vertébral d'un coup de genou en tenant compte que N Lire la suite

Répondre
 
08.07.2014 à 19h36

? Avant de se lancer dans un topo sur "Les Fractures du rachis "....
a-t-on la moindre information sur le type de fracture de Neymar : il pourrait aussi bien s'agir d'une fracture d'épineuse ou de Lire la suite

Répondre
 
08.07.2014 à 21h25

« Après chaque chirurgie, il peut y avoir des complications, s'il n'y a pas de compression médullaire, ni déplacement, ni tassement vertébral, un corset et mise au repos, pourra être suffisant, si l'i Lire la suite

Répondre
 
08.07.2014 à 19h17

« Ne serait-ce pas tout simplement une fracture d'une apophyse transverse, comme semble le suggérer la "mécanique" du traumatisme ... : un coup direct "là où ça fait mal ..." ?
Ce qui expliquerait la Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, chef du service de réanimation à la polyclinique de Gentilly (Nancy) et médecin humanitaire, a été promu au rang... 11

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

La consommation d’antibiotiques en France reste à la hausse en ville

ANTIBIOTIQUES

La tendance à la hausse de la consommation d’antibiotiques en ville se poursuit depuis 2010, après une période de baisse (2000-2005) puis... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter