Les grossesses tardives associées à une longévité accrue

Les grossesses tardives associées à une longévité accrue

30.06.2014
  • 1404141427534325_IMG_133035_HR.jpg

Une grossesse tardive serait un signe de longévité, selon les conclusions d’une étude publiée dans la revue Menopause, signée de Thomas T. Perls (Boston) l’un des directeurs de la célèbre étude « des centenaires ».

Il y avait déjà eu quelques signaux en ce sens. Déjà en 1997, la New England Centenarian Study publiée dans Nature concluait qu’une femme qui donnait naissance à un enfant après 40 ans avait 4 fois plus de chance d’être centenaire que ses congénères qui avaient enfanté plus jeunes.

Cette nouvelle étude-cas contrôle a porté sur une cohorte bien spécifique, la « Long Life Family Study » qui suit de façon longitudinale l’expression phénotypique et génétique de 551 familles dont les membres démontrent une espérance de vie exceptionnelle et qui a permis d’étudier une nouvelle fois le lien étrange entre longévité et grossesse tardive.

Les auteurs ont constitué deux groupes de femmes : le premier groupe de 311 cas représentant les femmes ayant eu au moins un enfant et ayant dépassé le 5e percentile de la cohorte [âge moyen 100 ans (97-109 ans)] et le second groupe constitué de 151 contrôles, femmes étant décédées avant le 5e percentile [âge moyen 92 ans, (75 ans-96 ans)].

Dans les deux groupes l’âge moyen lors de la dernière grossesse était de 34 ans. Comparés aux « cas », les contrôles avaient fumé plus longtemps, étaient plus instruites, mais présentaient une longévité familiale plus basse.

Un facteur qui ne résiste pas à la longévité familiale

Dans cette cohorte LLFS, les femmes qui ont eu leur dernier enfant après 33 ans ont deux fois plus de chance d’avoir une longévité exceptionnelle (au-delà du 5e percentile) que celles qui ont eu leur dernier enfant avant 29 ans. Chaque année supplémentaire (par rapport à l’âge moyen de la dernière grossesse) augmente de 5 % les « risques » de vivre au-delà du 5e percentile, après ajustement de tous les facteurs confondants (niveau social, consommation tabagique et longévité de la famille).

Ce facteur, remarquent les auteurs, a cependant moins d’influence que la longévité familiale (OR : 5,18). Par exemple, si l’on compare deux femmes ayant le même niveau d’éducation, la même histoire avec le tabac, et la même parité, pour qu’elles aient la même augmentation du risque de longévité, il faudrait une différence absolument non réaliste de 33 ans à l’âge de la dernière grossesse pour compenser la puissance du facteur « longévité familiale ».

Ces résultats posent la question du mécanisme en cause. Selon Perls et coll, les variants génétiques qui permettent à une femme de procréer à un âge avancé seraient les mêmes que ceux qui sont impliqués dans la longévité exceptionnelle.

Older maternal age and exceptionnal longevity. Menopause Vol 22 . 2014

Dr Anne Teyssédou
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 8 Commentaires
 
08.07.2014 à 11h51

« Super les grossesses tardives : plus d'HTA, plus de diabètes , plus de RCIU , plus de césarienne (encore que.. pourquoi pas..) sans parler des anomalies génétiques.
Donc mieux vaut éviter de les e Lire la suite

Répondre
 
02.07.2014 à 11h49

« Je lis "celles qui ont eu des enfants jeunes fument plus et vivent moins longtemps" : faut-il faire des statistiques surpuissantes pour comprendre le mécanisme ? »

Répondre
 
01.07.2014 à 00h25

« C'est le mari qui va être crevé. »

Répondre
 
01.07.2014 à 15h01

« "Mais non bientôt, le progrès fera que la femme jouira jusqu’à 50 ans avec une poitrine démente et l'homme avec un sexe "béton"! et des accouchements à la chaîne! Il faut pas" avoir peur", personne Lire la suite

Répondre
 
30.06.2014 à 17h21

« Oui mais après 40 ans, la femme risque plus et l'enfant aussi ! Alors la longévité je ne sais pas où elle est ! »

Répondre
 
01.07.2014 à 06h19

« Elle risque surtout le bonheur d'être maman. Autobiographique. »

Répondre
 
01.07.2014 à 14h23

« "Le bonheur d'être mamie oui et si elle y arrive!" »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, chef du service de réanimation à la polyclinique de Gentilly (Nancy) et médecin humanitaire, a été promu au rang... 6

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

La consommation d’antibiotiques en France reste à la hausse en ville

ANTIBIOTIQUES

La tendance à la hausse de la consommation d’antibiotiques en ville se poursuit depuis 2010, après une période de baisse (2000-2005) puis... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter