Le clomifène quasi innocenté dans les cancers gynécologiques

Le clomifène quasi innocenté dans les cancers gynécologiques

30.06.2014

Les traitements de l’infertilité, les gonadotrophines (hMG et FSH) le citrate de clomifène (Clomid), n’augmenteraient pas le risque de cancers gynécologiques. Ce sont les résultats d’une large étude rétrospective américaine réalisée chez près de 10000 femmes traitées pour infertilité entre 1965 et 1988 et suivies jusqu’en 2010, qui vient d’être présentée au congrès de l’European Society of Human Reproduction and Embryology (ESHRE).

À deux exceptions près néanmoins, une pour chaque classe médicamenteuse. Pour les gonadotrophines, il s’agit des femmes n’ayant pas obtenu de grossesse au terme de la prise en charge et pour le clomifène des femmes ayant eu plus de 12 cycles de traitement.

Le virage du milieu des années 1980

Au cours des 30 années de suivi, ont été observés 749 cancers du sein, 119 cancers de l’endomètre et 85 cancers de l’ovaire. Jusqu’au milieu des années 1980, le clomifène est resté le traitement le plus prescrit. Alors que près de 40 % de la cohorte a reçu au moins un cycle de clomifène, le risque de cancer du sein invasif n’a commencé à devenir significatif (+ 69 %) qu’au-delà de 12 cycles administrés. Les résultats sont restés inchangés après ajustement sur les facteurs de risque de cancer du sein et les causes de l’infertilité. Le risque est resté inchangé pour les cancers de l’endomètre et de l’ovaire.

Des effets peut-être retardés

Quant aux gonadotrophines, les plus prescrites aujourd’hui, elles n’ont été prescrites qu’à 10 % de la cohorte, en général en association au clomifène. Le risque de cancers gynécologiques n’était pas majoré, hormis pour les femmes n’ayant pas obtenu de grossesse au terme de la prise en charge médicale. Pour le Dr Humberto Scoccia, de l’Université d’Illinois, l’un des auteurs de l’étude, « Compte-tenu du fait que la majorité des femmes traitées par gonadotrophines ont pris aussi du clomifène, il est vraisemblable que le risque majoré des femmes nulligravides soit le reflet d’un effet lié à l’infertilité plutôt qu’à la prise médicamenteuse ».

Malgré le caractère rassurant de ces données, les auteurs insistent sur la nécessité de poursuivre le suivi, compte-tenu de l’âge relativement jeune des femmes et du pic prévisible d’incidence des cancers plus tardif mais aussi de l’augmentation de la stimulation ovarienne par gonadotrophines à partir du milieu des années 1980.

Congrès de l’ESHRE, communication du 30 juin 2014

Dr I.D.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
30.06.2014 à 21h13

« N'oublions pas que l'infertilité constitue un facteur de risque accru de cancer gynécologique, même non traitée. »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 9

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 7

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter