L’ulcère de Buruli ouvre la voie antalgique d’un nouveau genre

L’ulcère de Buruli ouvre la voie antalgique d’un nouveau genre

20.06.2014

Les équipes INSERM de Priscille Brodin, à Lille, et Laurent Marsollier, à Angers, ont découvert un mécanisme analgésique inédit chez des patients atteints d’ulcère de Buruli. « Le bacille, plus précisément sa toxine, la mycolactone, est capable d’interagir avec les neurones et d’empêcher la transmission de l’information nerveuse expliquant le caractère indolore des lésions », explique Laurent Marsollier, chargé de recherche à l’INSERM. Malgré l’étendue et la gravité des lésions, ces ulcères sont moins douloureux que d’autres blessures qui paraissent plus bénignes, comme des égratignures ou des brûlures légères.

La mycolactone, une toxine antalgique

Jusqu’alors, on pensait que l’absence de douleurs dans les premiers stades de la maladie était liée à la destruction des tissus nerveux. Mais cette hypothèse est contradictoire avec la dégénération des nerfs qui survient uniquement à des stades avancés de la maladie. Les chercheurs ont constaté que l’injection de la toxine suffit à inhiber la douleur sans que les nerfs soient touchés.

Un récepteur à l’angiotensine

Une technique d’imagerie a permis de mettre en évidence que la mycolactone entraîne une hyperpolarisation des neurones, ce qui limite la transmission de l’influx nerveux, donc le message douloureux. Cette hyperpolarisation est médiée par l’interaction de la mycolactone avec un récepteur neuronal, le récepteur 2 de l’angiotensine, ce qui entraîne une fuite de potassium. Les chercheurs ont pu vérifier dans un modèle animal que le blocage de ce récepteur rétablit la sensibilité à la douleur.

« La découverte de ce mécanisme, qui limite la douleur des lésions cutanées aux premiers stades de la maladie, ouvre de nouvelles perspectives pour la recherche de nouvelles molécules antidouleur », souligne Priscille Brodin, co-auteur des travaux. La molécule capable de bloquer le récepteur appartient à une nouvelle classe, très différente des analgésiques utilisés aujourd’hui. Le récepteur identifié pourrait être une cible de choix, car son blocage s’est montré efficace précédemment chez des patients atteints d’herpès.

Cell, publié en ligne le 19 juin 2014

Dr Irène Drogou
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Lévothyrox : l'ANSM s'interroge sur l'apport des réseaux sociaux sur la pharmacovigilance

ansm levothyrox

En plus des spécialités de lévothyroxine déjà présentes, une prochaine pourrait arriver début 2018. « Une évaluation de demande d’AMM pour... 8

Nouvelles consultations, nouveaux contrats conventionnels : la CNAM a fait ses comptes

cnam

La Caisse nationale d'assurance-maladie (CNAM) a dressé ce vendredi un bilan chiffré des nouveaux actes, tarifs et contrats mis en place... 1

Un exosquelette permet à un jeune chirurgien italien paraplégique d'opérer ses patients

Marco Dolfin

Chirurgien orthopédiste en milieu hospitalier à Turin, Marco Dolfin est devenu paraplégique à la suite d'un accident de la route. Après un... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter