L’inflammation favorise les métastases du cancer colorectal chez l’animal

L’inflammation favorise les métastases du cancer colorectal chez l’animal

20.03.2014
  • 1395314781507917_IMG_125761_HR.jpg

    L’inflammation favorise les métastases du cancer colorectal chez l’animal

Les micro ARN de la famille miR-34 sont connus pour inhiber les transitions épithéliomésenchymateuses et, théoriquement, réduire le risque de métastases lors d’un cancer colorectal. Si l’on savait que la production de ces micro ARN est induite par la protéine suppresseur de tumeur p53, sa répression par les cytokines pro-inflammatoires est en revanche une information nouvelle.

Dans leur article publié dans le « Journal of Clinical Investigation », Matjaz Rokavec, de l’université Ludwig-Maximilians de Munich, et ses collègues ont démontré in vitro que l’exposition de cellules cancéreuses du colon, du sein et de la prostate à l’interleukine 6 pro-inflammatoire active le facteur de transcription oncogénique STAT3. Or, ils ont également observé que ce dernier réprimait la production de miR-34. Ils ont de plus identifié le récepteur sur lequel se fixe l’Interleukine 6 pour activer STAT3 et ont donc décrit une voie complète de signalisation Interleukine 6/STAT3/miR-34 présente dans les cellules des tumeurs colorectales, mais aussi dans celles des cancers du sein et de la prostate.

Une transformation en cellules mésenchymateuses

Cette voie de signalisation agirait au moment où les cellules tumorales de l’épithélium acquièrent progressivement des caractéristiques de cellules mésenchymateuses, favorisant leur détachement de leur site d’origine et leur migration à travers d’autres tissus. Les auteurs suggèrent même dans leur discussion que la transformation en cellule mésenchymateuse serait aussi provoquée par la voie Interleukine-6/STAT3/miR-34 activée par l’inflammation. Ils ont en effet noté que l’introduction de p53 dans le milieu de culture après l’exposition aux interleukines 6 était associée à un retour à l’état de cellules épithéliales.

Pour valider leur hypothèse, les chercheurs ont induit la prolifération de cellules tumorales chez les souris génétiquement modifiée, dépourvues de Mir34c. Ils ont observé que les tumeurs évoluaient beaucoup plus fréquemment vers des carcinomes invasifs que chez les souris du type sauvage.

Matjaz Rokavec et all, IL-6R/STAT3/miR-34a feedback loop promotes EMT-mediated colorectal cancer invasion and metastasis, Journal of Clinical Investigation, 18 mars 2014

Damien Coulomb
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Les gynécologues s'inquiètent de la désaffection « historique » pour le dépistage du cancer du sein

dépistage

Si le dépistage organisé est perfectible, il reste bien sûr indispensable. Face à la désinformation, les gynécologues jouent la carte de la... 4

Hépatite A et B : AIDES lance un appel à la vaccination à l'approche de l'été

hépatite

AIDES, l'association française de lutte contre le VIH et les hépatites virales, a récemment invité les personnes les plus concernées à se... Commenter

Stages en cabinet, exonération de charges, bus médicalisés... : le SML délivre son ordonnance contre les déserts

Après la prise de position d'Agnès Buzyn contre la coercition à l'installation, le SML se réjouit du pragmatisme ministériel. Le syndicat... 5

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter