Hostiles à l’assurance-maladie « conditionnelle », des associations de patients désavouent Touraine

Hostiles à l’assurance-maladie « conditionnelle », des associations de patients désavouent Touraine

11.03.2014
  • 1394530461504900_IMG_124804_HR.jpg

Faut-il conditionner le remboursement des traitements à leur bonne observance ? L’hypothèse a été au cœur de la récente polémique autour des personnes victimes d’apnée du sommeil. Un arrêté du 22 octobre 2013 avait conditionné le remboursement par l’assurance-maladie de l’appareil de ventilation dit à pression positive continue (PPC) à son bon suivi. Une utilisation inférieure à moins de 3 heures par nuit pendant au moins 20 jours sur 28 réduit voire exclut toute prise en charge. Une première en France.

Le Conseil d’État a suspendu en février cet arrêté.

Contre le schéma « surveiller et punir »

Mais cette décision juridique n’a pas apaisé les inquiétudes des patients qui, organisés en Think Thank « Rien sans nous », viennent d’écrire une lettre ouverte à la ministre de la Santé.

Signé par les coprésidents de l’association « coopération patients », Christian Saout et Gérard Raymond (Association française des diabétiques), auxquels se sont associés la présidente du Collectif interassociatif sur la Santé Claude Rambaud (CISS), Bruno Spire de AIDES, et des professeurs de santé publique (Bernard Cassou, Joël Ménard, Brigitte Sandrin...), ce courrier dénonce le risque de création de « l’assurance-maladie conditionnelle ».

Coopération Patients s’oppose à une politique de santé fondée sur le « surveiller et punir » (en clin d’œil à Michel Foucault). Certes, la moitié des 15 millions de patients vivant avec une maladie chronique ne parviennent pas à suivre strictement leur traitement. Mais ils ne sont « ni suicidaires », ni « dangereux incendiaires » pour les dépenses de santé, répond le collectif. Alourdir la sanction ne ferait qu’aggraver les inégalités sociales, argumentent les auteurs. « En santé publique, il est prouvé depuis longtemps que la punition n’est pas le moteur "motivationnel" le plus efficace pour prendre soin de soi et vivre en responsabilité vis-à-vis de la collectivité ».

Accompagnement thérapeutique et soutien

Des alternatives à la punition existent : l’accompagnement et l’éducation thérapeutique. Christian Saout et Gérard Raymond réclament le renforcement des programmes qui ont commencé à se mettre en place depuis 2009, pour un budget de 80 millions d’euros par an (soit 0,1 % des 65 milliards d’euros alloués aux affections longue durée).

Ils suggèrent que la prochaine loi de santé à venir ou la convention d’objectifs et de gestion entre l’État et l’assurance-maladie intègrent une programmation nationale (décidée en partenariat avec les patients) pour valider des modèles d’accompagnement thérapeutique. Coopération Santé a en outre saisi le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) pour qu’il se prononce sur les enjeux du recours à « l’assurance-maladie conditionnelle ».

Coline Garré
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 8 Commentaires
 
12.03.2014 à 02h57

« Qui veut informer notre ministre de la sante qu'il existe des formations d'entretien motivationnel et des journees d'education therapeutique?
Demain ce sera quoi ? Arrêt de toute prise en charge ch Lire la suite

Répondre
 
T Médecin ou Interne 11.03.2014 à 23h45

« Mes petits anges ! Quand les mutuelles (et les assureurs quand ils auront avalé les mutuelles) auront la main sur les flux d'informations médicales via le tiers payant généralisé que croyez-vous qu' Lire la suite

Répondre
 
Hervé M Médecin ou Interne 11.03.2014 à 21h39

« Tiens !

A quand la solidarité médecins-malades !?

Apres tout, a-t-on besoin de tous ces donneurs de leçons pour traiter correctement nos patients ?

Pourquoi d'ailleurs ne les soignent-ils pas eux Lire la suite

Répondre
 
11.03.2014 à 19h32

« Un vieil adage !
Au niveau du diabète
"un diabétique "con" est un diabétique mort" »

Répondre
 
CathL Médecin ou Interne 11.03.2014 à 16h53

« OK, donc suppression des remboursements pour les diabétiques ou hyperlipidémiques ou obèses qui ne suivent pas leur régime, pour tous les patients chroniques qui arrêtent au moins une fois dans leur Lire la suite

Répondre
 
12.03.2014 à 10h37

« Il faut reconnaître que les patients consultent souvent au stade de malades graves ; la prévention et l'éducation sont possibles ; nos patients sont intelligents et de plus en plus autonomes ; c'est Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

La multimorbidité devrait doubler chez les personnes âgées d’ici 2035, en Grande-Bretagne

agees GB

D’après une étude parue dans « Age and Ageing », le journal de la Société britannique de gériatrie, le nombre de personnes âgées souffrant... Commenter

L'agence du DPC lance un dispositif de signalement pour mieux contrôler la qualité des actions

dpc

Le développement professionnel continu (DPC) est sur de bons rails. Selon l’Agence nationale du développement professionnel continu (ANDPC)... 1

Décès brutal d’un interne au CHU de Strasbourg

Abonné
chu strasbourg

Le centre hospitalier universitaire de Strasbourg a confirmé au « Quotidien » le décès d’un interne en médecine générale, survenu mercredi... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter