Chikungunya : les premiers cas autochtones également en Guyane

Chikungunya : les premiers cas autochtones également en Guyane

21.02.2014
  • 1393006262500445_IMG_123502_HR.jpg

La Guyane, comme Saint-Martin, Saint-Barthélemy, la Martinique et la Guadeloupe, doit faire face à une circulation locale du virus du chikungunya. Deux cas sans notion de séjour en zone à risque y ont été identifiés à Kourou et confirmés le 19 février ce qui a amené le Comité de suivi des maladies humaines transmises par les insectes à recommander le passage en phase 2 du programme de lutte contre la maladie (Psage-chik), correspondant à la situation de « transmission autochtone modérée » du virus. Au total, 7 cas confirmés dans le département dont 2 autochtones et 5 importés, ainsi que 11 cas suspects dont 9 en attente de résultats biologiques.

Dans les autres départements, la circulation du virus est toujours active. Si la situation épidémiologique en Guadeloupe est celle d’une transmission autochtone modérée du virus (correspondant à la phase 2 du Psage), les 3 autres îles sont en phase épidémique.

Circulation active du virus

À Saint-Barthélemy, l’ensemble des indicateurs de surveillance montre que la transmission reste soutenue et généralisée à l’ensemble de l’île (phase 3b du Psage-chik). L’épidémie, généralisée, se poursuit. À Saint-Martin placée depuis le 30 décembre 2013 en phase 3a d’épidémie avérée, « il est recommandé de ne plus prescrire systématiquement de confirmation biologique chez tous les cas suspects, mais seulement en cas de nécessité pour la prise en charge du patient afin de ne pas saturer les ressources en confirmation biologique ».

En Martinique, le nombre de cas cliniquement évocateurs de chikungunya vus en consultation de ville poursuit sa progression, « avec notamment une augmentation de 50 % entre la première et la deuxième semaine de février 2014 », souligne le dernier bulletin de la Cire Antilles-Guyane. Le nombre de passages aux urgences adultes est également en hausse. La situation correspond toujours à la phase 3a d’épidémie avérée.

À Saint-Martin où les premiers cas autochtones ont été confirmés, l’épidémie généralisée se poursuit. L’ensemble des indicateurs de surveillance montre que la transmission reste soutenue et généralisée à l’ensemble de l’île (phase 3b du Psage-chik).

 Dr Lydia Archimède
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
23.02.2014 à 18h41

« Je reviens ce jour d'une croisière de 8 jours aux Caraïbes (Guadeloupe, Martinique et autres). Je n'ai pas vu un seul moustique. Mais je ne regrette pas d'avoir appris à utiliser les répulsifs et l Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, médecin humanitaire, a été promu au rang d'officier de la légion d'honneur le 14 juillet dernier. Aujourd'hui, il... 21

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

Comment des villes moyennes font reculer les déserts

Abonné
Villes moyennes

Frappées de plein fouet par le manque de médecins, notamment généralistes, de nombreuses municipalités  sortent des sentiers battus pour... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter