Zoonoses en Europe : campylobacter en baisse, listériose en hausse

Zoonoses en Europe : campylobacter en baisse, listériose en hausse

20.02.2014
  • 1392909689499825_IMG_123357_HR.jpg

    Zoonoses en Europe : campylobacter en baisse, listériose en hausse

Campylobacter, Salmonella et Listeria sont toujours présentes en Europe, selon le rapport annuel sur les zoonoses et les foyers épidémiques d’origine alimentaire dans l’Union, en 2012, rédigé par l’agence européenne de sécurité alimentaire (EFSA) et le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC)

La Campylobactériose se traduit chez l’homme par des diarrhées, de la fièvre, et des maux de tête, est la maladie la plus fréquente, avec 214 000 signalements annuels. La viande de poulet est le nid le plus courant de la bactérie Campylobacter. Fait encourageant, les cas humains ont diminué de 4,3 % en 2012, la première baisse enregistrée depuis 5 ans. De plus amples études épidémiologiques sont toutefois nécessaires pour y voir une tendance.

La salmonellose, qui provoque de la fièvre, des douleurs abdominales et des vomissements, continue, elle, de diminuer, avec 91 034 cas signalés en 2012, soit 4,7 % de moins qu’en 2011. Cette tendance à la baisse observée pour la septième année consécutive est, selon l’EFSA et l’ECDC, le résultat des programmes de lutte contre Salmonella mis en place par les États membres et la Commission européenne dans les élevages de volailles.

La listériose en hausse

Le constat est beaucoup plus alarmant pour la listériose, qui représente 1 642 cas signalés en Europe, soit 10,5 % de plus qu’en 2011, une tendance à la hausse qui se poursuit depuis 5 ans. L’Espagne, la Scandinavie, la France et Allemagne, ont déclaré le plus grand nombre de cas par rapport à leur population. La listériose a été détectée principalement dans des produits prêts à consommer à base de poisson et de viande (jambon en tranches). L’infection provoque des symptômes grippaux, mais peut aussi être à l’origine de méningites, de septicémies, et d’autres complications engageant le pronostic vital, notamment chez les plus vulnérables : les plus de 65 ans, les femmes enceintes, les enfants de moins d’un an et les personnes au système immunitaire affaibli. Elle a tué 198 personnes en 2012, un chiffre jamais égalé depuis 2006. Son taux de mortalité est de 17,8 %.

Coline Garré
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

La FHF pousse un nouveau cri d'alarme sur la situation budgétaire des hôpitaux

valletoux

Ce n'est pas la première fois cette année que la Fédération hospitalière de France (FHF) appelle le gouvernement à desserrer l'étau... Commenter

Migrants : le Défenseur des droits s'alarme d'une défaillance des droits fondamentaux

ddd

Le monde associatif saisit le défenseur des droits (DDD), Jacques Toubon, ce 18 décembre, journée internationale des migrants, avec... Commenter

Un quart des ophtalmologistes refusent les nouveaux patients, selon un sondage

Les Français attendent en moyenne 87 jours pour obtenir un rendez-vous chez l'ophtalmologiste, constate une étude nationale* réalisée par... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter