Une première dans le Parkinson : la thérapie génique diminue les symptômes

Une première dans le Parkinson : la thérapie génique diminue les symptômes

10.01.2014
  • 1389377003487923_IMG_119970_HR.jpg

    Une première dans le Parkinson : la thérapie génique diminue les symptômes

Pour la première fois, un essai de thérapie génique réalisé chez des patients atteints de maladie de Parkinson s’avère concluant sur la diminution de la symptomatologie. Trois gènes ont été transfectés par un vecteur lentiviral à 15 patients souffrant d’une forme avancée de la maladie. Le suivi jusqu’à 4 ans a mis en évidence une bonne tolérance et des signes d’efficacité thérapeutique.

L’équipe française coordonnée par le Pr Stéphane Palfi (hôpital Henri-Mondor), associée à des chercheurs britanniques, publie les résultats de ce premier essai européen de thérapie génique dans la maladie de Parkinson, dans The Lancet. Si le concept aboutit à un traitement utilisable en thérapeutique humaine, c’est à l’horizon 2020 qu’il pourra entrer dans la pratique.

Mise en évidence de la tolérance et l’innocuité

Les spécialistes publient dans « The Lancet » les premiers résultats chez les humains dans un essai de phase I/II, chez 15 patients à un stade évolué, dont les problèmes moteurs ne sont plus équilibrés par les médicaments.

Pour la première fois, un lenvitirus a été utilisé comme vecteur viral, car il offre la possibilité de faire transfecter trois gènes. Les gènes codent pour des enzymes indispensables à la biosynthèse de la dopamine.

Le produit a été administré au cours d’une intervention neurochirurgicale lourde, dans la région du striatum.

Au total, l’essai est concluant. La production de dopamine in vivo, de façon locale et continue, a été restaurée chez les 15 patients. Le suivi sur le long terme a mis en évidence l’innocuité et la tolérance du procédé.

Trois niveaux de doses croissantes ont été testés. L’effet obtenu se révèle dose-dépendant.

« Nous avons observé un effet de stabilisation pendant un an, et plus pour certains patients, avec un recul jusqu’à 4 ans pour le patient qui a eu le plus long suivi. »

Deux types d’effets bénéfiques

Deux types d’effets bénéfiques sont observés : les plus importants portent sur la rigidité et le manque de mouvement ; l’effet sur le tremblement est moins probant (demande plus de dopamine), soulignent les auteurs. Le traitement dopaminergique a pu être réduit chez tous les patients.

Toutefois, « cette voie thérapeutique est symptomatique », a précisé le Pr Palfi. « Elle ne ralentit pas le cours de la progression de la maladie de Parkinson. »

Les prochaines étapes cliniques vont avoir pour objectif de valider une construction virale améliorée permettant d’induire une libération accrue de dopamine (étude de phase 2a). Puis une phase 2b suivra, avec la comparaison de deux groupes de patients : traités et non traités.

Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 9

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 7

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter