Des récepteurs olfactifs découverts dans les bronches

Des récepteurs olfactifs découverts dans les bronches

03.01.2014
  • 1388770530485604_IMG_119484_HR.jpg

    Des récepteurs olfactifs découverts dans les bronches

Des récepteurs aux odeurs sont présents au niveau des bronches, tout comme il en existe dans la muqueuse nasale. Mais distincts de ceux du nez, les récepteurs pulmonaires se trouvent sur des membranes de cellules neuroendocrines. « Au lieu d’envoyer un influx nerveux au cerveau afin qu’il perçoive l’odeur d’une fumée de cigarette, les récepteurs pulmonaires déclenchent une libération d’hormones capables d’entraîner une broncho-constriction et une toux », expliquent Yehuda Ben-Shahar et coll. (Université de Saint Louis, États-Unis).

Des cellules neuroendocrines pulmonaires

Ces chercheurs ont identifié la classe des cellules neuroendocrines pulmonaires (nommées PNECs) qui portent ces récepteurs olfactifs.

Les auteurs rappellent que les bronches (tout comme l’intestin) sont en contact avec l’environnement extérieur. Et que les muqueuses sont donc munies de mécanismes de protection contre certaines attaques provenant de l’extérieur.

Les PNECs, décrites dans le « Journal of Respiratory Cell and Molecular Biology » fonctionnent comme « des sentinelles dont le travail consiste à reconnaître et à se protéger des molécules irritantes et de produits chimiques toxiques ». Il est probable que ces cellules, dont les auteurs commencent à entrevoir l’importance, soient capables de déclencher une réponse physiologique très rapide, dès qu’un irritant est inhalé, en secrétant des neuromédiateurs (sérotonine et neuropeptides).

S’empêcher de tousser

La différence avec les récepteurs nasaux explique pourquoi la cognition joue un rôle beaucoup plus important dans le goût et la discrimination des odeurs que dans la toux en réponse à un irritant. « Il est possible par exemple de développer un goût pour la bière », citent les auteurs. « Mais il est impossible d’apprendre à ne pas tousser. »

Ces cellules PNECs pourraient êtres responsables de l’hypersensibilité aux allergènes et de l’hyperréactivité bronchique qui en découle dans des maladies des bronches comme l’asthme et la BPCO. D’ailleurs, dans la BPCO, les voies aériennes apparaissent plus riches en récepteurs olfactifs, ont trouvé Ben-Shahar et coll.

Enfin, les récepteurs olfactifs des bronches peuvent représenter des cibles thérapeutiques potentielles : en les bloquant, on peut espérer prévenir une bronchoconstriction et éviter la prise de corticostéroïdes ou de bronchodilatateurs.

Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, chef du service de réanimation à la polyclinique de Gentilly (Nancy) et médecin humanitaire, a été promu au rang... Commenter

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

La consommation d’antibiotiques en France reste à la hausse en ville

ANTIBIOTIQUES

La tendance à la hausse de la consommation d’antibiotiques en ville se poursuit depuis 2010, après une période de baisse (2000-2005) puis... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter