Prothèse de hanche pour coxarthrose : le jogging innocenté

Prothèse de hanche pour coxarthrose : le jogging innocenté

06.11.2013
  • 1383756437469940_IMG_115097_HR.jpg

Les idées reçues sont tenaces. La course de fond et certaines activités sportives à forte demande ont toujours été accusées de plus mettre à risque leurs pratiquants de devoir, à terme, nécessiter une prothèse de hanche que d’autres activités telles que la marche. Une très sérieuse recherche californienne (Berkeley) semble remettre en question cette conviction médicale.

La recherche a porté sur le suivi durant plus de sept ans de près de soixante-quinze mille coureurs comparés à une groupe témoin de près d’une quinzaine de milliers de randonneurs suivis, eux, sur environ une demi-douzaine d’années.

La méthodologie d’analyse, relativement sophistiquée, a étudié le risque relatif de développer une coxarthrose et/ou de nécessiter une prothèse de hanche ainsi que les niveaux respectifs de dépense énergétique rapportés aux indices de masse corporelle (IMC).

Tant que l’on demeure sur des niveaux raisonnables de course (seuils établis selon les abaques du Midwest Exercice Trial ou MET) la pratique de la course réduit aussi bien le risque de survenue d’une coxarthrose que

la nécessité d’un recours ultérieur à une arthroplastie alors que des exercices réputés plus bénins tels que la

randonnée augmentent ces risques. Les résultats dérangeants de cette recherche pointent en direction d’un meilleur abaissement de l’index de masse corporelle dans le groupe des coureurs.

Malgré de possibles critiques méthodologiques sur l’éventuelle intervention de variables supplémentaires, source de confusion sur de tels résultats, les conclusions extraites d’une telle masse de données sont pour le

moins convaincantes : le jogging bien surveillé a plutôt tendance à diminuer qu’à faire augmenter, à terme, le recours à une prothèse totale de hanche.

Chirurgien orthopédistes , Paris, membre de la Société française de chirurgie orthopédique (SOFCOT, www.sofcot.fr). D’après PT Williams, Med.Sci.Sports Exerc. Juillet 2013 pp.1292-1297.

Pr CHARLES MSIKA
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
07.11.2013 à 19h04

« Deux remarques :
-il s'agit de cohortes américaines, pour lesquelles l'activité physique est quasi exclusivement de loisir. La situation peut être différente dans la population française pour laquel Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Lévothyrox : l'ANSM s'interroge sur l'apport des réseaux sociaux sur la pharmacovigilance

ansm levothyrox

En plus des spécialités de lévothyroxine déjà présentes, une prochaine pourrait arriver début 2018. « Une évaluation de demande d’AMM pour... 9

Un exosquelette permet à un jeune chirurgien italien paraplégique d'opérer ses patients

Marco Dolfin

Chirurgien orthopédiste en milieu hospitalier à Turin, Marco Dolfin est devenu paraplégique à la suite d'un accident de la route. Après un... 4

Au carrefour de l'hôpital et des soins de villeSous-utilisée mais prometteuse, l'HAD trace sa route

Abonné
had

Lors des universités d'hiver de l'hospitalisation à domicile, organisées par la FNEHAD, la ministre de la Santé a insisté sur la nécessité... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter