Levure de riz rouge : 25 signalements d’effets indésirables

Levure de riz rouge : 25 signalements d’effets indésirables

25.10.2013
  • 1382717535467083_IMG_114326_HR.jpg

L’ANSES* rapporte avoir reçu 25 signalements d’effets indésirables susceptibles d’être liés à la consommation « de levure de riz rouge ». La levure de riz rouge est une moisissure de couleur rouge cultivée sur du riz. Elle est présente dans de nombreux compléments alimentaires revendiquant le « maintien d’une cholestérolémie à un niveau normal ».

Les consommateurs utilisent ces compléments alimentaires en supplément, en remplacement ou comme alternative à un traitement hypocholestérolémiant.

Une « petite statine »

La levure de riz rouge (en fait, la levure rouge de riz) contient plusieurs molécules, les monacolines dans des teneurs très variables d’un produit à l’autre. L’une de ces substances, la monacoline K, présente les caractéristiques pharmacologiques des statines, c’est-à-dire la capacité d’inhibition d’une enzyme intervenant dans la voie de synthèse du cholestérol (HMG-CoA réductase). La monacoline K est ainsi commercialisée en tant que médicament sous la dénomination commune internationale de « lovastatine » aux États-Unis, au Canada, en Allemagne, en Espagne, au Portugal, en Autriche, en Grèce mais pas en France.

Depuis 2009, date de mise en place du dispositif de nutrivigilance, l’ANSES a reçu 25 signalements bien documentés d’effets indésirables susceptibles d’être liés à la consommation de ces compléments alimentaires contenant de la « levure de riz rouge » : une majorité d’atteintes musculaires (myalgies violentes) et 3 atteintes hépatiques associées ou non à une atteinte musculaire.

Recueillir le maximum d’informations

Afin de recueillir le maximum de données pour affiner son évaluation, l’ANSES a souhaité soumettre cet avis à consultation auprès des différentes parties prenantes (associations de consommateurs, industriels…) et autorités de santé jusqu’au 15 décembre 2013. Les contributions pourront être envoyées à l’adresse suivante : consultation-LRR@anses.fr.

ANSES : Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail.

Dr A. T.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
31.10.2013 à 11h14

« 25 signalements sur combien de traitements ? L'information est trop partielle pour faire l'objet du moindre commentaire. »

Répondre
 
26.10.2013 à 12h38

« C'est donc très largement moins par rapport aux statines médicamenteuses trop largement prescrites. »

Répondre
 
26.10.2013 à 08h39

« En tant que gynéco, j'ai observé à plusieurs reprises chez des patientes sous THS des métrorragies lors de la prise de riz rouge, sans aucune anomalie écho ou ana pah,qui cédaient à l'arrêt. »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Les gynécologues s'inquiètent de la désaffection « historique » pour le dépistage du cancer du sein

dépistage

Si le dépistage organisé est perfectible, il reste bien sûr indispensable. Face à la désinformation, les gynécologues jouent la carte de la... 4

Hépatite A et B : AIDES lance un appel à la vaccination à l'approche de l'été

hépatite

AIDES, l'association française de lutte contre le VIH et les hépatites virales, a récemment invité les personnes les plus concernées à se... 1

Fiasco des ECNi : une seconde épreuve annulée, l'Enseignement supérieur lance une enquête

ECNi

Le cauchemar des candidats aux épreuves classantes nationales informatisées (ECNi) se poursuit. Reconvoqués ce jeudi matin pour composer... 23

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter