DPC : pour être évalués positivement, les organismes devront montrer patte blanche

DPC : pour être évalués positivement, les organismes devront montrer patte blanche

26.08.2013
  • 1377526703449375_IMG_109481_HR.jpg

    DPC : pour être évalués positivement, les organismes devront montrer patte blanche

Un arrêté paru au cœur de l’été au « Journal officiel » fixe les modalités de l’évaluation des organismes de développement professionnel continu (DPC). Très attendu par le milieu de la formation continue depuis plusieurs semaines, ce texte complète l’arsenal réglementaire de l’obligation que doivent remplir tous les médecins.

Sans surprise, il revient aux commissions scientifiques indépendantes (CSI) et à la commission scientifique du Haut Conseil des professions paramédicales d’évaluer les organismes de DPC sur la base des informations contenues dans un dossier rempli par ces organismes lors de leur enregistrement.

L’indépendance à tout prix

Trois critères prioritaires seront jugés. En premier lieu, les organismes devront prouver leur indépendance financière, notamment à l’égard des laboratoires, – il s’agit selon l’arrêté d’un « élément majeur de l’évaluation ». Les capacités scientifique mais aussi pédagogique de l’organisme seront également observées. Chaque critère sera noté de 0 à 10 et l’organisme devra obtenir la moyenne dans chacune des rubriques pour être évalué favorablement – « le 0 est éliminatoire », précise l’arrêté.

Parmi les multiples critères passés en revue figurent la validité des contenus scientifiques des programmes de DPC, les recommandations des agences sanitaires et des sociétés savantes, la pertinence du choix des méthodes retenues parmi celles établies par la Haute Autorité de santé mais aussi la conformité du programme aux orientations nationales de DPC, la qualité des supports scientifique utilisés ou encore la mise en œuvre d’une procédure d’amélioration de la qualité des programmes.

Un organisme évalué défavorablement peut à nouveau soumettre un dossier à la CSI dans un délai maximum de 4 mois à compter de la notification d’un refus. Les organismes évalués pour la première fois en 2013 et 2014 seront à nouveau évalués dans un délai de deux ans.

 CH. G.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
28.08.2013 à 10h08

« Qu'est ce qu'on cherche ?? A décourager les gens ?? A créer des monopoles pour les grosses structures qui peuvent perdre pleins de temps à remplir la paperasse demandée par les bureaucrates ? »

Répondre
 
Jacques R Médecin ou Interne 27.08.2013 à 09h33

« Et si nos bureaucrates s'appliquaient à eux mêmes cette sorte de contrainte ? »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Plus de 120 médecins libéraux et hospitaliers dans la course aux législatives !

legislatives

Au moins 120 médecins de toutes spécialités se présentent aux élections législatives, qui auront lieu les dimanches 11 et 18 juin. La carte... Commenter

Précarité, accès aux soins, prévention, les premiers pas de la ministre Buzyn en visite à ATD Quart Monde

Buzyn ADT Quart Monde

En choisissant le centre de promotion familiale ATD Quart Monde de Noisy-le-Grand pour son premier déplacement, ce 24 mai, Agnès Buzyn a... 2

Législatives 2017 : la carte des médecins candidats

Législatives 2017 : la carte des médecins candidats-0

Les élections législatives se dérouleront les dimanches 11 et 18 juin. La date limite de dépôt des candidatures (dans les 577... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter