Un nouveau cas de transmission du virus de la rage après transplantation rénale aux États-Unis

Un nouveau cas de transmission du virus de la rage après transplantation rénale aux États-Unis

25.07.2013
  • 1374737305448751_IMG_109309_HR.jpg

    Un nouveau cas de transmission du virus de la rage après transplantation rénale aux États-Unis

Le « Journal of the American Medical Association », publie dans son édition du 24 juillet un cas de transmisson du virus de la rage d’un receveur à un donneur.

Le donneur avait été admis dans un hôpital de Floride (sud-est) en 2011 et était décédé peu après sans que le diagnostic de rage ne soit posé. Des prélèvements d’organes ont alors été réalisés - reins, coeur et foie - et une transplantation d’organes a pu être réalisée chez 4 receveurs. En février 2013, l’un d’entre eux qui avait reçu le rein gauche décède dans un tableau évoquant la rage.

Des investigations sont menées a posteriori qui confirme le diagnostic. L’examen du dossier médical du donneur montre que ce dernier avait répondu « non » à la question de savoir s’il avait été exposé à des animaux potentiellement porteurs de la rage dans les six derniers mois. Toutefois de nouveaux entretiens avec sa famille mettent en évidence la notion de morsure par au moins deux ratons laveurs 7 et 18 mois avant son hospitalisation.

La famille indique d’ailleurs que le donneur était « régulièrement exposé » puisqu’il posait souvent des pièges pour attraper des ratons laveurs en Caroline du Nord (sud-est) et utilisait ces animaux comme « appâts vivants lors de l’entraînement des chiens » de chasse.

Enquête rétrospective

Par ailleurs la description des symptômes qui ont conduit à son hospitalisation puis à son décès est « compatible avec ceux de la rage », précisent Vora et col.. Le virus a été isolé dans les prélèvements de tissu cérébral conservés après l’autopsie du donneur. Les caractéristiques du virus isolé chez le donneur et chez le receveur sont aussi compatibles avec les variants retrouvés chez les ratons laveurs.

Dans un éditorial, Daniel R. Kaul souligne que si plusieurs cas de transmissions ont été rapportés entre donneurs et receveurs dont des cas de rage, celui rapporté par Vora et col. a ceci de particulier « qu’en dépit de l’état d’immunosuppression des 4 receveurs, le patient infecté est resté asymptomatique pendant 18 mois et les 3 autres n’ont pas développé la maladie ».

Les auteurs soulignent pour leur part : « À notre connaissance, c’est la première fois que l’on voit des receveurs d’organes appartenant à un donneur atteint de la rage ne pas succomber à la maladie alors qu’ils n’étaient pas vaccinés. » Ce cas est également très particulier dans la mesure où le décès est survenu un an et demi après la transplantation du rein infecté, ce qui en fait « la plus longue période d’incubation jamais enregistrée ». Le précédent record était de 39 jours.

 Dr LYDIA ARCHIMÈDE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Les Généralistes CSMF planchent sur la démographie et contestent le « zonage » des ARS

Réunis en comité directeur, les Généralistes CSMF (ex-UNOF) ont décidé d'entamer un travail de fond sur leur projet politique, ciblé sur la... 2

Prendre en charge le burn-out : la HAS donne ses recommandations

burn out

En réponse à une saisine du ministère de la Santé au printemps 2016, la Haute Autorité de santé (HAS) rend publiques ses recommandations... 10

Alcool : la métanalyse qui met fin au mythe des bienfaits d'une consommation modérée

alcool

Ces dernières années ont vu leur lot d’études annonçant l’effet cardiovasculaire protecteur de la consommation modérée d’alcool (en... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter