Plus grand que Mimivirus, le Pandoravirus, une découverte française

Plus grand que Mimivirus, le Pandoravirus, une découverte française

19.07.2013
  • 1374252958448522_IMG_109260_HR.jpg

    Plus grand que Mimivirus, le Pandoravirus, une découverte française

Dix ans après la découverte du Mimivirus par une équipe marseillaise, des chercheurs français ont isolé deux nouveaux virus géants d’une taille encore plus élevée et dotés d’un génome viral encore plus grand. Si le Mimivirus et ses 900 gènes avait surpris la communauté scientifique et avait conduit à reconsidérer les limites du monde viral (avec un diamètre d’un demi-micron, le Mimivirus peut être observé au microscope optique), les deux virus que viennent de découvrir Nadège Philippe et coll. posent de multiples questions encore non résolues. D’où la référence à la boîte de Pandore. Les chercheurs ont choisi de les appeler des « Pandoravirus ». Le premier Pandoravirus salinus a été découvert dans une couche sédimentaire au large des côtes chiliennes ; le second, Pandoravirus dulcis, a été trouvé dans la vase au fond d’une mare à Melbourne (Australie).

Une boîte de Pandore

D’une taille d’environ 0,7 micron, leur génome contient entre 1 900 à 2 500 gènes – en comparaison le virus de la grippe en contient 10 et celui de l’homme 24 000. Mais leur origine reste un mystère. « Compte tenu du fait que plus de 93 % des gènes de ces Pandoravirus ne ressemblant à rien de connu, il est impossible de les rattacher à aucune lignée cellulaire connue », soulignent les auteurs. Observés au microscope, ces nouveaux virus semblent beaucoup plus proches de cellules vivantes. Leur forme et la quantité de gènes qu’ils contiennent « nous ont fait penser à la boîte de Pandore : ouvrir cette boîte va véritablement briser les fondations de ce qu’on savait sur les virus jusqu’à présent », ont expliqué à l’AFP Jean-Michel Claverie, professeur à la Faculté de médecine d’Aix-Marseille et Chantal Abergel, directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS). « L’absence de similarités de la plupart de leurs gènes avec d’autres formes de vie pourrait indiquer qu’ils viennent d’une lignée de cellules primitives totalement différente », ont-ils ajouté. Les scientifiques français espèrent que cette découverte permettra de financer d’autres recherches, ce qui pourrait conduire à d’importantes innovations en matière biomédicale et de biotechnologie. « Notre connaissance globale de la biologie et de l’origine de la vie reste encore très incomplète », ont-ils souligné.

 Dr LYDIA ARCHIMÈDE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 8

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 5

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter