Plaidoyer pour vacciner les jeunes garçons homosexuels contre le HPV

Plaidoyer pour vacciner les jeunes garçons homosexuels contre le HPV

16.07.2013
  • 1373985964448069_IMG_109130_HR.jpg

Le risque de cancer anal est multiplié par plus de 15 chez les hommes gays comparés aux hétérosexuels. Un programme de vaccination contre le HPV ciblant la population des jeunes hommes homosexuels serait rentable, cliniquement et économiquement, argumentent trois auteurs dans le « BMJ ».

Les auteurs britanniques du Royal Liverpool University Hospital appuient leur argumentation sur des données chiffrées et tirées de l’expérience de l’Australie.

Au Royaume-Uni, le programme de vaccination a débuté en 2008 chez les filles, avec l’espoir de réduire secondairement l’incidence chez les garçons. Une notion qui se confirme, puisque des données australiennes ont depuis montré un tel effet.

Extention du programme en Australie

Par ailleurs, des études chez les homosexuels masculins révèlent « qu’ils ont un risque 15 fois plus élevé de développer un cancer génital, et en particulier anal, comparés aux hétérosexuels. »

En février de cette année, les Australiens ont étendu leur programme de vaccination à l’école aux garçons de 12-13 ans, avec un rattrapage chez les 14-15 ans.

« Des études récentes démontrent que le vaccin contre HPV est efficace chez les hommes, y compris les gays. Il couvre les HPV 16 et 18, deux souches responsables de la majorité des cancers associés à cette infection. » L’efficacité est plus élevée chez ceux qui n’ont pas déjà été infectés, mais les études montrent que « seule une minorité des jeunes hommes gays le sont, et qu’une stratégie de vaccination qui inclut ceux qui ont déjà été exposés à ces souches est rentable », soulignent les auteurs.

Moins d’un homme sur 20

Une analyse récente indique que les prévalences des HPV 16 et 18 au niveau anal chez les hommes, par ailleurs négatifs pour le VIH, sont respectivement de 12,5 et 5 %. Moins d’un homme sur 20 de moins de 25 ans a été infecté par une souche de HPV à haut risque (données britanniques).

« L’argumentation pour une vaccination contre le HPV ciblant les jeunes hommes gays, jusqu’à l’âge de 26 ans, est forte », concluent les infectiologues. L’une des principales difficultés étant d’identifier et de vacciner ces jeunes avant qu’ils n’acquièrent l’infection par le HPV, admettent les auteurs.

Mark Lawton et al. dans « Sexually Transmitted Infections », une publication du BMJ, le 15 juillet 2013.

Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
16.07.2013 à 22h08

« Tous homo et hétérosexuels qui contaminent leurs compagnes. Tout bénéfice pour la sécu moins de cancers du col, moins de cancers de la gorge et moins de condylomes, ce n'est pas un calcul économique Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... 1

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... 3

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter