Chez les sujets jeunes, un cancer du foie anormal et singulier au Pérou

Chez les sujets jeunes, un cancer du foie anormal et singulier au Pérou

02.07.2013
  • 1372784239445609_IMG_108369_HR.jpg

    Chez les sujets jeunes, un cancer du foie anormal et singulier au Pérou

Au Pérou, le cancer du foie touche des sujets anormalement jeunes, voire des enfants, qui ne présentent pas de facteurs de risque associés. Cette anomalie vient d’être révélée par des chercheurs de l’IRD, dont les travaux visent à mieux décrire l’incidence de la maladie dans ce pays connu pour avoir la plus forte incidence du continent. L’équipe franco-péruvienne souligne le fait que ces malades âgés en moyenne de 25 ans viennent d’une même zone géographique située dans les Andes.

Des tumeurs géantes chez des jeunes

Les chercheurs ont passé au crible les caractéristiques démographiques de plus de 1 500 patients en provenance de tout le pays, venus consulter entre 1997 et 2010 à l’Instituto Nacional de Enfermedades Neoplasicas de Lima. Et là surprise, plus de 50 % des individus touchés ne présentent pas le profil de personnes à risques. Il s’agit de jeunes gens, pour certains d’enfants, qui ne présentent pour la plupart ni hépatites virales B, C, ni cirrhose. De plus, un tiers des femmes sont concernées, contrairement à ce qui est décrit partout ailleurs dans le monde, où le sex ratio est beaucoup plus déséquilibré. De plus, une grande majorité de patients présentent des tumeurs gigantesques de plus de 10 cm de diamètre.

Un foyer dans la région d’Apurimac

Autre particularité, ces jeunes malades proviennent de la partie andine du pays, avec un foyer délimité dans la région d’Apurimac, au sud-est. Pour les chercheurs, une telle circonscription géographique est en faveur d’une cause liée à l’environnement des personnes affectées. Apparemment, une origine alimentaire liée à la consommation de mycotoxines semble hors de cause. Autre piste à explorer, une contamination des sols et des eaux par des polluants issus d’activités humaines. Mais l’éventualité d’un agent infectieux non identifié est également envisagée.

PloSOne, 2013.

Dr IRÈNE DROGOU
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 12

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 8

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter