Stress post-traumatique : l’émotion modifie la perception des sons

Stress post-traumatique : l’émotion modifie la perception des sons

01.07.2013
  • 1372698409445185_IMG_108237_HR.jpg

    Stress post-traumatique : l’émotion modifie la perception des sons

Certains sons peuvent être associés à des émotions fortes et provoquer hors contexte un ressenti similaire. C’est un phénomène bien décrit dans le stress post-traumatique où, par exemple, le bruit du tonnerre peut raviver la peur éprouvée sur le champ de bataille chez des militaires. Des chercheurs de l’université de Pennsylvanie viennent de décrire les mécanismes cérébraux mis en jeu dans ces associations troublantes. Étonnamment, la peur peut augmenter ou diminuer la capacité à discriminer les sons en fonction de la gamme sonore concernée.

La gamme des émotions

Quand les rongeurs étaient exposés à deux types de sons différents, la discrimination émotionnelle était d’autant plus fine que les sons étaient proches dans la gamme. S’ils étaient éloignés à l’inverse, les souris développaient un sentiment de peur pour une gamme de sons beaucoup plus étendue. Autrement dit, l’étendue de la gamme conditionnait la généralisation de la peur de façon envahissante. De plus, plus l’écart tonique était faible, plus les souris avaient l’ouïe fine en se montrant capables de faire la différence entre des sons très proches et de n’éprouver de la peur que de façon sélective.

Un circuit complexe

Pour la première fois, les chercheurs montrent le rôle majeur du cortex auditif dans l’apprentissage émotionnel. Jusqu’alors, le cortex auditif était cantonné à la plasticité auditive tandis que le volet émotionnel était dévolu à l’amygdale et aux régions sous-corticales. Pour les neuroscientifiques, le traitement émotionnel auditif ressemble à un « puzzle », où l’amygdale et le cortex auditif interfèrent au niveau sous-cortical. « Nous pensons qu’il existe un lien très étroit entre les mécanismes normaux de l’apprentissage émotionnel, dont la généralisation de la peur, et les mécanismes cérébraux responsables du stress post-traumatique, où la généralisation de la peur est un phénomène anormal », explique l’un des chercheurs.

Nature Neuroscience, publié en ligne le 30 juin 2013

 Dr IRÈNE DROGOU
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 7

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 4

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter