Les sénateurs réforment la première année commune et régionalisent les ECN

Les sénateurs réforment la première année commune et régionalisent les ECN

24.06.2013
  • 1372079833443273_IMG_107686_HR.jpg

Le Sénat a adopté le projet de loi sur l’enseignement supérieur dans la nuit de vendredi à samedi.

Le texte a obtenu 172 voix pour (PS, RDSE, écologistes) et 157 contre (UMP, communistes) tandis que les centristes s’abstenaient.

Ce projet de loi prévoit notamment de réformer la première année des études de santé (PACES) commune à la médecine, pharmacie, odontologie et maïeutique. Des réorientations seront proposées au moins 8 semaines après le début de l’année universitaire aux candidats les moins bien classés. L’étudiant pourra choisir de poursuivre sa PACES ou de se réorienter dans une licence adaptée. Cette mesure doit être expérimentée pendant 6 ans dans 6 facultés.

Amendement surprise

A l’occasion de l’examen de ce projet de loi, les sénateurs ont créé la surprise en adoptant, contre l’avis du gouvernement, un amendement de l’élu centriste de l’Eure Hervé Maurey qui régionalise les épreuves classantes nationales (ECN). Cette mesure figurait parmi les seize propositions du rapport d’Hervé Maurey et de Jean-Luc Fichet baptisé « Déserts médicaux, agir vraiment ».

La régionalisation des épreuves classantes doit permettre d’ouvrir dans chaque région un quota de postes en adéquation avec les besoins de la région en offre de soins.

L’association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF) n’a pas tardé à monter au créneau pour dénoncer une « menace pour la démographie médicale ». La régionalisation des épreuves classantes ne rendrait plus possible la mobilité des étudiants entre le deuxième et le troisième cycles, selon l’association.

« Ces épreuves n’auraient aucun effet sur l’amélioration de l’accès aux soins des patients, assurent les étudiants en médecine. La régionalisation des ECN entraînerait une importante inadéquation entre le nombre d’étudiants en médecine admis à l’issue de la première année et le nombre d’internes requis sur cette inter-région ».

 CH.G.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 8 Commentaires
 
29.06.2013 à 14h29

« Projet inéquitable puisque certaines facultés n'acceptent que les étudiants dont le bac a été passé dans la même académie que la fac de médecine demandée.
Dans ces conditions il y a une inégalité cr Lire la suite

Répondre
 
Claire J Autre 25.06.2013 à 09h02

« La bêtise politique est touours au-delà de ce que l'on peut imaginer. Ce concours PACES est un cauchemar pour les jeunes, mais ils avaient quand même une ouverture nationale pour espérer faire la sp Lire la suite

Répondre
 
25.06.2013 à 06h35

« Encore un retour à des lubies du siècle passé. Cela existait déjà et posait déjà des problèmes qui ont conduit à l'internat national. Pourquoi chercher toujours des solutions qui n'ont pas fonctionn Lire la suite

Répondre
 
24.06.2013 à 23h49

« Nul, battez vous les externes ! Déjà que pour faire un érasmus c'est difficile ! Alors j'ai été content de changer de région !
On est déjà bloqué 6 ou 7 ans dans la même ville !!! Pourquoi vouloir n Lire la suite

Répondre
 
25.06.2013 à 16h36

« Pas d'inquiétude. Ils font du neuf avec du vieux. J'ai passé un internat interrégional et je ne me suis pas ensuite installé dans ma région d'origine ni d'internat. Plus encore, j'ai ensuite passé d Lire la suite

Répondre
 
24.06.2013 à 23h21

« Régionaliser les ECN, c'est revenir sur la loi Kouchner de 2004, qui avait rendu national un examen, régional. Un pas en avant, un pas en arrière. »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Une étudiante en PACES de Marseille se suicide, la communauté médicale en émoi

suicide Fac marseille

Une étudiante inscrite en première année commune aux études de santé (PACES) à la faculté de médecine d'Aix-Marseille vient de se donner la... 8

Lévothyrox: le Conseil d'État donne raison au gouvernement dans sa gestion des effets indésirables

Levothyrox

Le Conseil d'État a donné raison ce 13 décembre au gouvernement, face à un patient traité avec le médicament Levothyrox, qui avait saisi en... 3

Réguler l'installation des spécialistes de secteur II en zone surdotée : la mesure choc du CESE

cese

Depuis plusieurs semaines, la question de la liberté d'installation ne quitte pas le débat public. Le Conseil économique, social et... 18

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter