Une expertise de l’INSERM confirme les effets délétères des pesticides sur la santé

Une expertise de l’INSERM confirme les effets délétères des pesticides sur la santé

13.06.2013
  • 1371141323440911_IMG_107090_HR.jpg

    Une expertise de l’INSERM confirme les effets délétères des pesticides sur la santé

Une analyse de la littérature réalisée par des experts de l’INSERM montre un lien objectif entre l’exposition aux pesticides pendant la vie professionnelle ou domestique et certaines pathologies. Les rapporteurs appellent à des recherches soutenues pour mieux caractériser les dangers.

À la suite de résultats d’enquêtes épidémiologiques évoquant depuis les années 1980 l’implication des pesticides dans des pathologies humaines, la DGS a sollicité les experts de l’INSERM pour effectuer un bilan de la littérature sur le sujet. Les expositions professionnelles ainsi que chez le fœtus et le jeune enfant ont été particulièrement examinées.

D’après les données de la littérature scientifique internationale publiée au cours des 30 dernières années, « il semble exister une association positive entre une exposition professionnelle à des pesticides et certaines pathologies chez l’adulte : la maladie de Parkinson, le cancer de la prostate et certains cancers hématopoïétiques (lymphomes non, hodgkiniens, myélomes multiples) », indiquent les experts. Par ailleurs, « les expositions aux pesticides intervenant au cours de la période prénatale et périnatale, ainsi que la petite enfance semblent être particulièrement à risque pour le développement de l’enfant », soulignent-ils.

Lymphomes non hodgkiniens et cancers de la prostate

- Les cancers : Huit localisations ont été ciblées : 4 cancers hématopoïétiques, ainsi que la prostate, le testicule, les tumeurs cérébrales et les mélanomes. Ces localisations étaient déjà apparues dans des méta-analyses antérieures, sans distinction sur les matières incriminées. Cette dernière expertise montre une augmentation du risque de lymphomes non hodgkiniens et de myélomes multiples chez les professionnels exposés ; les organophosphorés et certaines organochlorés (lindane, DDT) sont suspectés. L’expertise montre aussi un excès de risque de cancer de la prostate chez les agriculteurs, les ouvriers d’usines de production de pesticides (excès de risque de survenue de leucémies de 43 %) et les populations rurales (entre 12 % et 28 % selon les cas). Ont bien été documentés les effets du chlordécone en population générale et du carbofuran, du coumaphos, du fonofos et de la perméthrine en population professionnelle.

Pour les autres localisations, l’analyse des données est difficile, du fait d’une incidence faible (testicule, cerveau et hodgkin), ou d’un facteur confondant (UV dans le mélanome).

- Les maladies neurodégénératives : une augmentation du risque de Parkinson est observée pour les expositions professionnelles, notamment pour les insecticides et les herbicides. Les résultats sont plus contrastés pour les autres maladies neurodégénératives. Ainsi les résultats des études de cohorte indiquent un excès de risque d’Alzheimer, mais non les études cas-témoins.

- La période prénatale : la littérature suggère une augmentation significative des morts fœtales in utero et du risque de malformations congénitales, d’atteinte de la motricité fine ou de l’acuité visuelle chez l’enfant, pour une exposition maternelle professionnelle aux pesticides. Associé à un usage domestique, un risque de malformations cardiaques, du tube neural, d’hypospadias a été rapporté.

- La fertilité : de nombreuses incertitudes existent pour les pesticides actuellement employés.

Les experts rappellent que les pesticides regroupent des substances très variées (herbicides, fungicides…). Environ 1 000 substances actives ont déjà été mises sur le marché et actuellement 309 substances phytopharmaceutiques sont autorisées en France. La rémanence dans l’environnement peut varier de quelques heures à plusieurs années. Certains comme les organochlorés se retrouvent dans la chaîne alimentaire.

En France, d’autres secteurs que l’agriculture sont concernés : entretien des voiries, jardins, traitement du bois, usage en santé humaine et vétérinaire... La voie cutanée représente 80 % des expositions en milieu professionnel, avec la voie respiratoire. En population générale, l’exposition par l’alimentation prédomine.

 Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... 4

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... 5

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter