Les «anti-Alzheimer » réduisent de 35 % le risque d’infarctus du myocarde

Les «anti-Alzheimer » réduisent de 35 % le risque d’infarctus du myocarde

07.06.2013
  • 1370617936439490_IMG_106679_HR.jpg

Les anticholinestérasiques - donézépil, rivastigmine et la galantamine- utilisés dans le traitement des formes moyennes à modérées de la maladie d’Alzheimer seraient associés avec une diminution de 35 % du risque d’infarctus du myocarde et de décès.

Une équipe suédoise coordonnée par Peter Nordström (Umea, Suède) a travaillé sur trois registres, le registre national des démences fondé en 2007 qui recence 90 % des nouveaux diagnostics réalisés dans les cliniques et le NPR ( Swedish National Patient Register) qui inclut des pathologies générales notamment cardiovasculaires ( IDM, AVC etc ...) depuis 1998, et celui des nouveaux traitements (NDR).

La cohorte représente 7 073 hommes et femmes âgés en moyenne de 79 ans (41-99 ans) ; 73 % (5 159) avaient été traités par anticholinestérasiques au moins une fois, pour 495 jours en moyenne. Comparativement au reste de la cohorte représentée par les sujets non traités, les personnes atteintes de MA qui avaient reçu au moins une fois un traitement par anticholinestérasique (AChE) étaient plus jeunes, plutôt de sexe féminin, présentaient des scores MMSE plus élevés et une plus grande autonomie, et vivaient plus souvent seuls à leur domicile. Ils étaient aussi moins nombreux à présenter des antécédents de maladies cardiovasculaires.

Bénéfice accru avec augmentation, des doses

Durant la période de suivi (503 jours en moyenne), 831 sujets ont présenté un infarctus ou sont décédés ; après ajustement sur tous les facteurs confondants, les utilisateurs d’AChE présentaient un risque d’IDM de 34 % moindre par rapport aux sujets non-utilisateurs (HR 0,66 ; IC 95 % ; 0,56-0,78). Le bénéfice est encore plus net avec les doses les plus élevées de chacune des molécules prescrites soit donézépil 10 mg, rivastigmine supérieur 6 mg et galantamine 24 mg. L’utilisation de ces traitements était également associée à une réduction de la mortalité toute cause (HR : 0,64, IC 95 %, 0,54-0,76). Les bénéfices persistent dans les analyses en sous-groupe.

Les anticholinestérasiques ont été introduits dans les années quatre-vingt-dix pour le traitement des formes moyenne à modérées de la maladie d’Alzheimer. Les trois molécules, le donezepil, la rivastigmine, et la galantamine sont utilisées avec des bénéfices comparables au cours des études randomisées. Leur mécanisme d’action réside dans le maintien du taux d’acétylcholine, neurotransmetteur associé avec le les fonctions mnésiques, par le blocage de l’enzyme destructrice, l’acétylcholinestérase. Les effets secondaires sont principalement gastro-intestinaux mais des effets latéraux vagotoniques sont intéressants en pathologie cardiovasculaire. Des propriétés antiinflammatoires auraient également été observées au cours des études expérimentales.

The Use of cholinesterase inhibitors and the risk of myocardial infarction and death : a nationwide cohort study in subjects with Alzheimer ’s disease. European Hert Journal 4 juin 2013.

Dr ANNE TEYSSÉDOU
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 5 Commentaires
 
08.06.2013 à 14h05

« On peut aussi voir l'étude côté infarctus, c'est-à-dire que ces molécules ont peut-être d'autres propriétés que celles annoncées dans l'AMM et que le mécanisme physiopathologique complet de l'IDM n' Lire la suite

Répondre
 
08.06.2013 à 09h10

« La belle affaire ! Ces pauvres gens , atteints de démence, étaient en fait programmés pour mourir plus tôt, de façon plus rapide. Et on est fier de clamer qu'on les a prolongés, leur permettant ains Lire la suite

Répondre
 
FREDERIC M Médecin ou Interne 08.06.2013 à 09h03

« Une étude avait montré qu'une demi heure de sieste réduisait aussi de 30% le risque d'infarctus, sans doute moins cher pour la Sécurité sociale, cela s'appelle une prise en charge non médicamenteuse Lire la suite

Répondre
 
07.06.2013 à 22h55

« En plus d'une belle étude bien pourrie, qu'elle belle avancée... Tu es complètement grillé des boyaux de la tête... Et tu ferais encore péter le trou de la sécu plus loin. Je dis bravo »

Répondre
 
07.06.2013 à 20h53

« "(...) les personnes atteintes de MA qui avaient reçu au moins une fois un traitement par anticholinestérasique (AChE) étaient plus jeunes, plutôt de sexe féminin, présentaient des scores MMSE plus Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Manque de temps, frustration, relations avec les patients : ces facteurs de stress qui mènent les généralistes au burn-out

La sensation de « travail empêché » chez les médecins joue fortement sur l'épuisement émotionnel et la dépersonnalisation, deux causes de... 5

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... 1

AP-HP : contre un « plan social imposé », les personnels bravent la pluie et Martin Hirsch

aphp

Une trentaine de personnels de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) se sont rassemblés ce lundi devant le siège parisien du... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter