Le « Canine Compulsive Disorder » du Doberman pinsher, un modèle de TOC

Le « Canine Compulsive Disorder » du Doberman pinsher, un modèle de TOC

05.06.2013
  • 1370437740438646_IMG_106506_HR.jpg

La médecine canine possède un équivalent du trouble obsessionnel compulsif (TOC), le CompulsiveCanineDisorder, lequel semble partager les mêmes lésions cérébrales que celles observées chez l’homme obsessionnel, selon un travail collaboratif entre des vétérinaires de la Tuff Universty et des chercheurs de l’hôpital Mac Lean de Belmont dans l’État du MassachusettsLes principales victimes de la race seraient les Doberman pinsher.

Certes ces chiens ne se lavent pas les pattes toute la journée, mais adoptent des comportements de nature obsessionnelle comme le fait de tourner en rond après leur queue plusieurs heures par jour, de se grattouiller frénétiquement les flancs, de mâchonner sans arrêt ou de se cogner de façon incessante contre un même objet, qui ont le don d’agacer leurs maîtres.

Un bon modèle pour les humains

« Même si la taille de notre échantillon nous empêche de conclure définitivement, nos résultats laissent penser que ces chiens seraient un bon modèle de compréhension des troubles anxieux chez l’homme, a expliqué le Dr Nicholas Dodman, un des auteurs. Les Doberman pinsher présentent les mêmes caractéristiques comportementales, répondent aux mêmes traitements que les personnes atteintes de TOC. En 2010, une autre équipe de chercheurs a localisé une anomalie génétique du trouble sur le chromosome 7 et nous montrons maintenant que ces chiens présentent les mêmes anomalies cérébrales que les humains. »

Seize Doberman ont été étudiés par l’équipe vétérinaire en IRM ; les 8 chiens qui ont été atteints de CCD avaient plus de matière grise totale que leurs congénères indemnes de CCD, mais répartie différemment avec une faible densité au niveau du cortex cingulaire antérieur et de l’insula et une anisotropie du corps calleux. Ces données anatomiques correspondent aux anomalies identifiées chez l’homme.

L’étude pourrait aussi innocenter la race canine puisque les chercheurs estiment « qu’avant de qualifier ces Doberman de "mauvais chiens", il est important de comprendre que leurs attitudes peuvent être sous-tendues par des anomalies biologiques ». Un mal de chien.

Prog Neuro-Psychopharmacol Biol Psychiatry ( 2013) http://dx.doi.org/1016

 Dr A. T.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
10.06.2013 à 08h26

« TOC »

Répondre
 
06.06.2013 à 08h57

« Comme des décennies et des milliards en argent et en heures de travail de chercheurs ont été gâchés sur des modèles animaux de dépression utilisant des rats: plus longtemps les rats nageaient dans d Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Mort inattendue du nourrisson et plagiocéphalie : le couchage sur le dos est impératif, alertent les spécialistes lyonnais

nourrisson

À l'occasion de la Semaine de prévention de la mort inattendue du nourrisson (19 au 23 septembre), les pédiatres, neurochirurgiens et chirur... Commenter

Retrait du marché des implants Essure, les patientes tentent une action de groupe avant la fin du mois

implant Essure

Plus d'un mois après la perte temporaire de son marquage CE, sur décision de l'organisme notifié irlandais NSAI, l'implant de contraception... 1

Pilule de troisième génération : le parquet classe l’enquête

PILULE

Est-ce la fin d’une polémique longue et stérile sur les pilules de troisième génération ? Sans doute pas. Le parquet de Paris a classé... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter