La varénicline réduit la consommation d’alcool des dépendants

La varénicline réduit la consommation d’alcool des dépendants

05.06.2013
  • 1370421323438458_IMG_106496_HR.jpg

    La varénicline réduit la consommation d’alcool des dépendants

La varénicline commercialisée sous le nom de Champix pourrait représenter une option pour le traitement de la dépendance alcoolique. Un essai contre placebo mené aux États-Unis indique un effet significatif.

Le tabagisme et la dépendance éthylique sont souvent associés. « Étant donné les similitudes génétiques et neurochimiques, il n’est pas surprenant qu’un traitement destiné à l’arrêt du tabac soit également utile pour la suppression de la dépendance à l’alcool », note l’auteur principal, Raye Litten. Il présente la première étude clinique multisites, évaluant la sécurité et l’efficacité de la varénicline chez une population de fumeurs et de non-fumeurs souffrant d’une dépendance à l’alcool.

Agoniste partiel

La varénicline agit en tant qu’agoniste partiel des récepteurs nicotiniques à l’acétylcholine. Ces récepteurs sont impliqués dans les dépendances à la nicotine mais aussi à l’alcool. Les études préliminaires chez les modèles animaux ont montré une réduction de la consommation d’alcool sous l’effet de ce produit.

L’équipe des chercheurs américains a randomisé 200 adultes dépendants à l’alcool qui ont reçu soit la varénicline, soit un placebo, pendant 13 semaines. Les personnes consommaient en moyenne 35 à 38 boissons par semaine (respectivement pour les femmes et les hommes) avant d’être inclus.

Réduction de 22 %

Les résultats montrent un effet significatif de la varénicline comparativement au placebo sur la réduction de l’usage de l’alcool. Par exemple, le nombre des jours de prise intense d’alcool par semaine décroît de 22 %.

Les auteurs indiquent que les effets de la varénicline sont comparables à ceux de l’acamprosate et de la naltrexone, deux médicaments indiqués dans la dépendance à l’alcool.

L’envie compulsive de consommer de l’alcool (craving) est significativement réduite chez les sujets ayant la varénicline et l’effet est similaire chez les fumeurs et les non-fumeurs.

Journal of Addiction Medicine, 3 juin 2013.

Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
05.06.2013 à 13h12

« Question pour les plus savants que moi:
1.) Accident cardiaques, diabète- risques connus du Champlix comparés aux risques du Baclofène?
2.) La naltrexone n'a jamais montré une efficacité exceptionne Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... 3

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... 4

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter