Le HPV, le cancer oropharyngé et Michael Douglas

Le HPV, le cancer oropharyngé et Michael Douglas

03.06.2013
  • 1370271037437917_IMG_106326_HR.jpg

    Le HPV, le cancer oropharyngé et Michael Douglas

Les conjoints de personnes souffrant d’un cancer de la bouche ou de la gorge associé à une infection par HPV ne présentent pas plus souvent eux-mêmes d’infections orales par le papillomavirus, indiquent les résultats d’une étude multicentrique, présentés au congrès annuel de l’ASCO (American Society of Clinical Oncology, Chicago). « Nous ne pouvons pas garantir aux partenaires réguliers de ces patients qu’ils ne développeront pas d’infection ou de cancer. Mais nous pouvons les rassurer jusqu’à un certain point, car l’étude suggère que leur risque de cancer oropharyngé par le HPV demeure bas », expliquent les chercheurs de l’Université John’s Hopkins (Gypsyamber D’Souza et coll.).

Plus détectables à un an

Les chercheurs ont réalisé des prélèvements buccaux chez 166 hommes et femmes ayant un cancer oropharyngé associé à un HPV et chez 94 conjoints. Plus de la moitié des patients présentaient au moins un type de HPV, y compris le HPV16 (le plus fréquemment associé à un cancer). Un an après, seulement 6 % avaient encore de l’ADN du HPV détectable. Parmi les partenaires, 6,5 % présentaient un HPV et la moitié de ces infections n’étaient plus détectables au bout d’un an. Des taux comparables à ceux de la population générale, précisent les auteurs.

Les cancers oraux dus au HPV sont en augmentation chez les hommes aux États-Unis, notent-ils. La crainte de la transmission du virus peut entraîner une anxiété, des difficultés lors des relations sexuelles, voire des divorces.

La pratique du cunnilingus

Cette information fait écho à l’annonce faite par l’acteur américain Michael Douglas, qui estime que sa sexualité est à l’origine de son cancer de la gorge (interview publiée dans le quotidien Britannique « The Guardian »). L’acteur a déclaré que son cancer apparu il y a 3 ans n’était pas le résultat d’excès de boisson ou d’une forte consommation de tabac, mais avait été provoqué par une maladie sexuellement transmissible.

« Sans entrer dans le détail, ce cancer très spécifique est causé par le virus du papillome humain et provient (de la pratique) du cunnilingus », explique-t-il.

« Je m’inquiétais pour savoir si les soucis causés par l’incarcération de mon fils n’auraient pas contribué à déclencher le cancer, mais non, en fait c’est dû à une maladie sexuellement transmissible », affirme-t-il.

Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

HTA : les 10 axes et les 60 propositions de la SFHTA

hta

L'HTA est banalisée en France et trop souvent perçue comme un simple facteur de risque cardio-vasculaire, s'inquiète la Société française... 3

Migrants : le Défenseur des droits s'alarme d'une défaillance des droits fondamentaux

ddd

Le monde associatif saisit le défenseur des droits (DDD), Jacques Toubon, ce 18 décembre, journée internationale des migrants, avec... 1

Un quart des ophtalmologistes refusent les nouveaux patients, selon un sondage

Les Français attendent en moyenne 87 jours pour obtenir un rendez-vous chez l'ophtalmologiste, constate une étude nationale* réalisée par... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter