Enfants traités par Ritaline : pas de risque accru de développer une addiction

Enfants traités par Ritaline : pas de risque accru de développer une addiction

31.05.2013

Les enfants traités pour trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH) ont une probabilité accrue de devenir en grandissant dépendants à des substances addictives, telles que la nicotine, l’alcool, la marijuana la cocaïne et d’autres drogues. Mais il n’y a pas de risque supplémentaire pour ceux qui ont un traitement spécifique du TADH (Ritaline, Adderall).

Des psychologues américains ont analysé 15 études portant sur un suivi à long terme de 2 500 enfants (8 ans à l’inclusion) souffrant de TADH, de l’enfance à l’adolescence, puis jusqu’à l’âge de jeune adulte (20 ans).

Pour Kathryn Humphreys (l’auteure principale), ce résultat est de nature à rassurer un certain nombre de parents qui manifestent une inquiétude lorsque leurs enfants doivent recevoir un traitement spécifique du TADH.

En 2011, les mêmes auteurs avaient publié un travail montrant que les enfants souffrant de TADH ont une multiplication par 2 à 3 du risque de développer des problèmes de dépendance par la suite (adolescence, âge de jeune adulte), comparés à des enfants ne souffrant pas du trouble psychologique.

Ce nouveau travail ne remet pas en question cette notion, mais il trouve qu’il n’y a pas de risque additionnel avec un traitement stimulant du système nerveux central (classé parmi les stupéfiants), tel qu’il est indiqué dans le TADH.

Les symptômes du TADH comportent une difficulté à soutenir son attention, une tendance être remuant et à facilement s’ennuyer. Mais pour que le diagnostic soit posé, il est nécessaire que l’enfant présente six symptômes parmi neuf, dans la série inattention ou dans la série hyperactivité-impulsivité.

Les symptômes ne doivent pas être attribuables à une affection médiale ou à un autre trouble psychique.

Le TADH touche de 5 à 10 % des enfants aux États-Unis, indiquent les auteurs.

En France, on assiste à une augmentation très importante de la consommation des médicaments du TADH. En cinq ans, les ventes ont augmenté de près de 70 % selon un sondage réalisé par le laboratoire de recherche Celtipharm (sondage dévoilé par Le Parisien du 29 mai 2013). L’observation en continu de l’activité de 3 004 pharmacies, fait observer cette augmentation drastique sur le nombre des boîtes (Ritaline, Concerta, Quasym) entre 2008 et 2013. Et l’augmentation des consommateurs est encore plus forte : + 84 % en 5 ans et + 114 % chez les moins de 20 ans.

JAMA Psychiatry, 29 mai 2013.

Dr BÉATRICE VUAILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 6 Commentaires
 
01.06.2013 à 10h48

« Qu'elle est encore la réelle étiologie de cette pathologie ? On a toujours traité la cause que les symptômes pourquoi en arriver là ? »

Répondre
 
31.05.2013 à 20h41

« "...probabilité accrue de devenir en grandissant dépendants à des substances addictives, telles que la nicotine, l’alcool, la marijuana la cocaïne et d’autres drogues. Mais il n’y a pas de risque su Lire la suite

Répondre
 
JEAN LUC M Médecin ou Interne 31.05.2013 à 20h38

« Encore un diagnostic fait pour vendre des médicaments de type amphétamines. La drogue la plus utilisé chez les collégiens aux USA... Nous allons suivre bien sûr... Il y a d'autres approches de l'a Lire la suite

Répondre
 
31.05.2013 à 21h27

« Anxiété et TDAH sont 2 pathologies différentes. Si les thérapies non pharmacologiques doivent toujours être associées, les traitements psychotropes ont également leur utilité, et la RITALINE dans le Lire la suite

Répondre
 
31.05.2013 à 21h28

« Encore un Médecin qui a des idées préconçues sur la ritaline.
Lorsque le diagnostic est bien posé, la ritaline est une vraie avancée.
Le rapport bénéfices risques est alors largement acceptable. Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Lévothyrox : l'ANSM s'interroge sur l'apport des réseaux sociaux sur la pharmacovigilance

ansm levothyrox

En plus des spécialités de lévothyroxine déjà présentes, une prochaine pourrait arriver début 2018. « Une évaluation de demande d’AMM pour... 8

Un exosquelette permet à un jeune chirurgien italien paraplégique d'opérer ses patients

Marco Dolfin

Chirurgien orthopédiste en milieu hospitalier à Turin, Marco Dolfin est devenu paraplégique à la suite d'un accident de la route. Après un... 3

Au carrefour de l'hôpital et des soins de villeSous-utilisée mais prometteuse, l'HAD trace sa route

Abonné
had

Lors des universités d'hiver de l'hospitalisation à domicile, organisées par la FNEHAD, la ministre de la Santé a insisté sur la nécessité... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter