Bilan santé de Hollande : l’urgentiste Gérald Kierzek regrette son vote et explique pourquoi

Bilan santé de Hollande : l’urgentiste Gérald Kierzek regrette son vote et explique pourquoi

06.05.2013
  • 1367850772431042_IMG_104610_HR.jpg

    Bilan santé de Hollande : l’urgentiste Gérald Kierzek regrette son vote et explique pourquoi

Le Dr Gérald Kierzek, médecin urgentiste à l’Hôtel-Dieu (AP-HP, Paris) regrette avoir voté pour François Hollande à l’élection présidentielle, il y a un an. Sur le site Internet du « Nouvel Observateur », le praticien se rappelle avoir été « séduit par la promesse [du candidat socialiste] de "définir un nouveau modèle, fondé sur une conception économique, sociale et démocratique" pour la santé ». « Comme beaucoup de mes confrères, c’était la première fois que je votais à gauche », reconnaît-il. Le Dr Kierzek se souvient des « attentes » de la communauté médicale, « immenses » après cinq années de sarkozysme « marqué[es] par un sentiment de mépris et d’injustice à l’égard des professionnels de santé ».

L’honneur des médecins « sali »

« Le désenchantement a été rapide », grince aujourd’hui le médecin.

« Sur la forme » tout d’abord, l’urgentiste s’agace de « la dilution » de la thématique santé « dans un grand ministère, pour le moins technocratique, des Affaires sociales et de la Santé », au sein duquel « erreurs de casting », « départs en série » et « directeurs d’hôpitaux ayant une méconnaissance technique des dossiers » sont légion. Pas de « turn over » au sommet des institutions d’État malgré le changement de majorité : « On prend les mêmes et on recommence », commente, amer, le Dr Kierzek.

« Sur le fond », le médecin concentre sa déception sur « l’accord raté sur les dépassements d’honoraires », « alors que les mécanismes pour lesquels [ils] existent ne sont pas compris ». Avec cet épisode, l’honneur des médecins a été « sali », déplore le Dr Kierzek.

La victoire du marketing

Enfin, l’urgentiste désapprouve ces « concepts dégainés » (« pacte de confiance », « bed managers ») à tour de bras par les politiques « alors même que les professionnels ne sont plus associés aux décisions hospitalières ».

Au terme de ce réquisitoire, le Dr Kierzek tire la sonnette d’alarme : « Il y a urgence à ce que le politique reprenne la main sur la technocratie. » Comment ? En se « reconnect[ant] aux réalités professionnelles ». Et en se rapprochant des médecins.

 A. B.-I.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Lycéens de 2018, médecins de demainYasmine Bouhadi, la médecine, elle ne la connait que trop bien...

Bouhadi

Emie, Noa, Yasmine, Déborah et d'autres encore, sont ces néo-bacheliers prêts à devenir les professionnels de santé de demain. "Le... Commenter

Info ou intox ? Idées reçues sur les médecins« Sans liberté d’installation, pas d’exercice médical possible »

IDEE RECUE LIBERTE INSTALATION

Les médecins français tiennent à leur liberté d’installation comme à la prunelle de leurs yeux. À tel point qu’on pourrait s’imaginer que... 24

Vos anecdotes de consultationTrouver le bon conseil...

15-glucose

Le colloque singulier réserve parfois quelques surprises. Pendant l’été, des médecins, lecteurs du « Quotidien », racontent comment ils ont... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter